AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Terminé]Allons ! On peut s'arranger entre gens civilisés non ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Noire
Heaven can wait
avatar

Messages : 510
Date d'inscription : 24/09/2014
Age : 28
Localisation : Port-Argenterie

MessageSujet: Re: [Terminé]Allons ! On peut s'arranger entre gens civilisés non ?   Mer 10 Déc 2014 - 22:00

A la suite de la lettre cachetée que la serveuse avait remis à...à l'autre pirate, cette dernière semblait avoir radicalement perdu tout ce qui la caractérisait selon Phadransie le temps de leur rencontre. Son regard aguicheur, son air à la fois sévère et enjoué, sa gestuelle désinvolte et légère. Un problème, sûrement, à en voir le changement qui s'était opéré en l'espace de quelques secondes chez son... Phadransie renonça à l'idée de la nommer. D'ailleurs elle était incapable de choisir entre les termes, amie, copine ou ennemie.

-Faut que j’y aille. J’ai des trucs à faire.


Rien de plus, et elle s'en était allé. Phadransie, a vrai dire, se foutait royalement des problèmes de cette femme. Elle se souvenait vaguement avoir croisé son Capitaine hier soir, avant qu'elles ne montent aux chambre. Comment s'appelait-il lui aussi ? Elle ne s'en rappelait plus, et pourtant savait que se souvenir de son nom à lui était une information importante, contrairement à celui de sa Seconde. 
Néanmoins, cette dernière lui avait indiqué avec une précision discutable la direction du temple d'Ariel le plus proche. Et c'était là qu'elle allait. D'un pas léger et sûr, l'ancienne Seconde du Galion Déité se mit en route.


*


Après avoir bien erré une bonne demi heure dans le labyrinthe, plus par envie que par égarement involontaire, histoire de reculer sa venue au temple, Phadransie parvint enfin au niveau des ruelles bordant le port, non loin de la jetée. La maison d'Ariel n'était pas loin, et de là où elle était elle pouvait l'apercevoir. La pirate soupira et trouva la force de parcourir la distance la séparant de l'endroit où elle devait se rendre. La façade incrustée de coquillages et de coraux semblait l'attendre.

L'heure d'honorer la Grande Garce afin de préparer le futur voyage du Seigneur Emeraude était venue.

Phadransie La Noire pénétra à l'intérieur dudit Temple de la déesse des mers. Elle se découvrit en atteignant le rez de chaussée, chose qu'elle faisait en vérité pour la première fois de sa vie puis grimpa directement à l'étage. Elle passa près des dizaines de statues hissées sur des socles et représentant des créatures marines. Evidemment, les sirènes faisaient parties du lot. Elle eut un frisson en reconnaissant à sa droite Brecianne Leocadas qui semblait la dévisager de ses pupilles vides. Bien sûr, il s'agissait d'une haute statue, ayant été sculptée peut être même, sûrement, avant la naissance de Brecianne, mais la ressemblance était plus que frappante, troublante et effrayante pour Phadransie. Elle trouva enfin le courage de dépasser le bloc de granite, pale reflet de ses cauchemars les plus intimes.
Face à elle se dressait un autel fumant, où des algues se consumaient lentement, dégageant une odeur iodée qui plut à Phadransie. Silencieusement, elle en ajouta, afin de raviver le feu, et offrit la totalité de l'or qui lui restait au pied de l'autel. Puis elle s'agenouilla à même le sol et pria.




Ceci fait, Phadransie La Noire ressortit du temple. Elle n'aurait su dire si elle était contrariée, énervée ou soulagée. En vérité aucune des trois propositions n'était la bonne. Elle ressentait un immense vide, comme une lassitude. Reprendre le mer au plus vite, voilà ce dont j'ai besoin. Elle décida de redescendre au port, afin de s’enquérir des nouvelles du Seigneur Emeraude. Elle invoqua mentalement l'image du fier vaisseau. Si seulement il n'y avait pas eu cet accrochage avec Ariel. Si seulement je pouvais en être la Capitaine, où même une des membre d’Équipage au service de Brecianne. Maudit soit Lissander !

Elle ne pu suivre plus longtemps le sillage de ses pensées noires, que son regard s'arrêta net sur deux personnes qui venaient de passer près d'elles. L'une d'entre elle était de toute petite taille, comme une enfant, et portait une large robe contrairement à la dernière fois où elle l'avait vu. Mais cela ne la trompait pas. Quant à la seconde femme. Sa garde du corps.
Phadransie s'arrêta net, et posa instinctivement la main sur son côté, à la recherche de la garde de son sabre...qu'elle ne trouve naturellement pas. Bon, ne pas se faire voir morbleu, ne les provoque pas et...
Malheureusement les choses ne se passèrent pas ainsi lorsque le regard de l'humaine qui accompagnait la halfeline se posa sur elle. Phadransie ne trahit rien de ses pensées. En tant normal, à Port Argenterie, elle se serait jetée sur l'importune avec une ou deux bouteilles de rhum dans le gosier, mais là, c'était hors de question. Si près du Port, la marée chaussée ne tarderait pas à intervenir si duel il y avait, et si elle dégainait ces armes, que ce soit pistolet, Lame D'Or, ou épée, elle serait inévitablement en tord. Échapper aux griffes de Jack Lissander puis au courroux de la Garce pour crever la corde au cou ici, c'était hors de question ! Néanmoins les deux femmes venaient de la reconnaître, c'était évident, il suffisait de voir les yeux brillants de l'humaine pour deviner qu'elle n'avait pas oublié leur dernier petit "accrochage".

Elle ne pu rien faire d'autre que lui sourire sous son Tricorne, le vent du rivage dans ses cheveux. C'est maintenant que ça allait devenir intéressant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Silver Revetoile
Ice maiden
avatar

Messages : 41
Date d'inscription : 10/07/2014
Localisation : Sous la couette a Lewis

MessageSujet: Re: [Terminé]Allons ! On peut s'arranger entre gens civilisés non ?   Jeu 11 Déc 2014 - 0:08

Silver se laissa entraîner par la petite femme. Le jardin lui sembla magnifique, même a la lueur des étoiles. Assise sur un banc la jeune danseuse écouta avec attention les informations qu'on lui donnait sur le bel homme qui venait de lui offrir un verre.
Cependant en discutant elle se rendit compte que la demoiselle ne savait pas ce qui la fascinait autant chez le Baron. Mais enfin voyons! Silver voulais le crier a la face du monde : Le Baron pouvait la toucher sans geler! Mieux, il pouvait dégeler ce qu'elle avait touché!
Bientôt elle quitta Silver pour retrouver la quiétude de leur chambre. La jeune maudite soupira car elle savait qu'elle serait incapable de retrouver son chemin dans le dédale des couloirs. Aussi elle prit le risque de dormir, ici, a même le banc, et d’être confondue avec une vagabonde. Tant pis.

Elle s'allongea sur la pierre et ferma les yeux, bercée par le ressac de l'océan non loin et des cris des mouettes. Les cygales chantaient autour d'elle. Elle se laissa glisser dans de doux rêves ou un homme au cheveux brun et a l’œil unique dégelait l’écharde de son cœur, ou elle pouvait avoir des fils blanc dans ses cheveux d'argent et des rides sur son visage.

Elle se reveilla le lendemain quand le soleil pointa son nez par dessus la ligne d'horizon. En se frottant les yeux, Silver se demanda comment s'est fini la soirée de la veille. Ses doigts encore engourdit, elle se tressa rapidement les cheveux pour avoir l'air moins chiffonée et s'en alla trouver un truc pour dejeuner.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lewis Oscar Lerrington

avatar

Messages : 45
Date d'inscription : 26/10/2014
Age : 42
Localisation : Dans le trou du cul de Ryscior

MessageSujet: Re: [Terminé]Allons ! On peut s'arranger entre gens civilisés non ?   Dim 14 Déc 2014 - 16:58

Le capitaine c’était levé tôt. C’était retourné au moins une centaine de fois dans son lit incapable de trouver le sommeil la veille. Alors à quoi bon resté essayer de dormir lorsqu’avant l’aube vous ouvrez les yeux en vous disant que vous avez beaucoup mieux à faire que d’attraper un sommeil qui vous à fuit une bonne partie de la nuit.
Une fois habillé et rasé, il prit le temps de rédiger une lettre pour sa seconde. Il l’avait déposé sur le comptoir. Sue son ancienne seconde lui donnerait lorsque Cristal aurait cuvé son rhum. Puis partit en direction d’une crique non loin de la sortie de la ville où il s’assit près d’un rocher perdant son regard dans l’immensité de l’océan en attendant que la lune disparaisse dedans.
« -Qu’est-ce qu’il ne va pas Lewis ? »
Lorsqu’il se tourna il n’aperçut qu’une tête de femme sortir de l’eau.
« -Par où commencer Andrina. »
Dit-il en soupirant. Non sans lui apprendre que la ville allait très certainement être attaqué. La sirène plongea laissant apparaitre sa nageoire abimée par le filet de pêche dont Lewis l’avait délivré il y a bien des années. Puis réapparue encore plus près de lui.
  « -Tu as toujours hésité Lewis. Sauf une fois. Lorsque tu m’as secourue. Tu es un humain et tu aimes cette ville. C’est normal que tu cherches à la défendre. 
-S’il n’y avait que ça »
Andrina pencha la tête sur le côté en plissant les yeux comme pour percer ce qui ennuyait le capitaine puis le visage de la sirène se drapa de surprise et après de la joie d’un chercheur d’or qui trouve une pépite.
« -Une femme ! »
S’exclama-t-elle en éclatant de rire avant de replonger en éclaboussant Lewis qui tout en s’essuyant le visage accordait à Andrina qu’elle avait vu juste. Ce fut une avalanche de question de la part de la sirène que le capitaine balaya d’un :
« -Qu’importe. Elle est beaucoup trop jeune pour moi. 
-Vous les humains, vous êtes tellement attentif à des choses qui n’importent que vous. Veux-tu que je chante pour toi Lewis ? »
Tout en parlant la sirène c’était rapproché du capitaine en se hissant sur le rocher. Remontant sa main dont les ongles s’allongeaient à mesure que ses doigts  remontaient sur l’avant-bras puis le bras de l’homme avant de s’enlacer autour de son cou et de percer de son regard hypnotique son œil unique emplit de doutes et d’appréhensions.
A cet instant il plaqua sa main sur la bouche d’Andrina qui s’apprêtait à sortir la première note d’un chant fatal. Andrina aurait pu l’emporter dans les profondeurs de l’océan, mais n’en fit rien car après tout, elle pouvait bien lui épargner la vie que Lewis avait sauvée il y a de cela des tours. La sirène mit fin à cette danse de la mort qu’elle avait tant de fois jouer aux marins.
« -Tu ne peux pas t’en empêcher. Il faut que tu essayes de  m’emmener. » Dit-il en repoussant la sirène malgré le regard implorant le pardon d’Andrina. Cette dernière s’assit à côté de lui en croisant le bras.
« -Tu sais, je préférais quand tu étais enfant tu t’amusais et tu rigolais plus.
-Je ne suis plus un enfant Andri… »
Lewis n’eut pas le temps de lui répondre que d’un puissant mouvement de sa queue la sirène le projeta dans l’eau en riant.
-C’est très malin de ta part. Tu n’as trouvé que cela pour me faire savoir que tu voulais que je reste un peu plus longtemps avec toi ? » L’interrogea Lewis qui commençait à enlever sa veste, ses bottes et qui déposa toutes ses affaires sur la plage afin de les faire sécher.
La sirène répondit par l’affirmative toujours un sourire aux lèvres pendant que Lewis s’occupait à sécher ses effets en utilisant son pouvoir tout en prenant des précautions pour ne pas brûler les tissus.
« -Maintenant, je veux tout savoir. A quoi elle ressemble ? Comment elle s’appelle ?  Tout ! » Ordonna la sirène qui n’eut comme réponse que la description de la jeune femme tout simplement parce que Lewis ignorait son nom.
La sirène afficha sa déception. Elle savait Lewis timide et réservé aussi ne fut pas surprise par les réponses du capitaine.
« -Content de t’avoir revu. Mais la prochaine fois, que nous nous croiserons, je veux en savoir plus. »
Ce n’est qu’une fois avoir arraché cette promesse au capitaine que la sirène disparue dans l’immensité de l’océan. Laissant Lewis retourné vers la ville où déjà plusieurs gardes s’affairaient à préparer les défenses.
Il fit un détour par le port pour savoir comment avançait les ordres qu’il avait laissé à sa seconde qui ne manquait pas comme à son habitude de hurler après l’équipage afin qu’il termine le travail le plus vite possible.
Ici et là d’autres marins, capitaines de navire de commerce ou de pêche s’offusquaient de l’ordre de réquisition donner par Medron que les gardes distribuaient. Il monta sur le pont de son navire et se dirigea vers sa cabine. A peine eu-t-il le temps de finir de se changer que Cristal entre sans frapper en demandant des explications quant aux ordres qu’il lui avait donné.
Lewis pouvait  bien la mettre dans la confidence. Après lui avoir expliqué la menace qui pesait sur la ville. Cristal haussa les sourcils.
« -T’aurais dû commencer par ça au lieu de te barrer sans rien dire. Quoiqu’il en soit tout est prêt. T’as besoin d’autre chose ?
-J’aimerais que tu m’accompagnes au palais. »
Cristal protesta énergiquement. Ce n’était pas son univers et elle trouvait les haut-quartiers de Kelvin chiant au possible autant que ces gens de la noblesse qui passaient leurs journées à se faire des courbettes.
Finalement Cristal accéda à la requête de Lewis en lui demandant néanmoins sans pour autant savoir pourquoi le capitaine avait insisté sur la présence de sa seconde. Elle ne le sut qu’en arrivant devant sa demeure des hauts-quartiers voisine du palais. Lewis commença à lui indiquer ce que l’équipage devrait emmener à bord du navire. La plupart du temps, il s’agissait de livre ou de document ainsi que certaines armes en exposition derrière des vitrines. Il s’arrêta de parler alors que regardant par la fenêtre qui donnait sur les jardins du palais cru apercevoir la femme qu’il avait croisée la veille.
« -Tu veux une longue vue Lewis ? »
L’interrogea sa seconde qui tira le capitaine de ça rêverie alors qu’il semblait laisser son regard fixer sur une femme aux cheveux argentée se coiffer dans les jardins du palais.
« - Non Merci. Par contre son prénom cela, je veux bien le connaitre. »
Cristal elle avait prit une longue vue et tout en observant la jeune femme tresser ses cheveux elle demanda à Lewis si il comptait adopter la fille.
« - Tu insinue qu’elle est trop jeune pour moi ?
-J’en sais rien tu te démerde avec tes histoires. On va lui demander. » Lewis n’eut pas le temps de retenir Cristal que déjà sa seconde avait ouvert la fenêtre et émit un sifflement strident qui attira l’attention de la jeune femme.Cristal attira Lewis dans l’encadrement et s’effaça derrière le mur si rapidement que le temps que la jeune femme se retourne elle n’aperçut que Lewis à la fenêtre un peu décontenancer.
« -C’est malin elle va me prendre pour quoi maintenant ? Murmura-t-il à Cristal.
« - J’sais pas moi. Un type qui sait siffler ? »
Lewis s’adressa à la femme qui le regardait maintenant de l’autre côté de la grille.
« -Je pense avoir oublié de vous demander votre nom hier madame. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Juri
Feng Shui Engine
avatar

Messages : 11
Date d'inscription : 09/12/2014

MessageSujet: Re: [Terminé]Allons ! On peut s'arranger entre gens civilisés non ?   Dim 14 Déc 2014 - 20:13

Juri errait dans les rues du Labyrinthe. Elle y étais allé, après avoir prévenue Emerelle, parce que son œil commençait à la démanger. Ça faisait longtemps qu'elle n'avait pas utiliser sa magie, et cela avait recommencé à la ronger.
Au final, elle avait laissé une demi-douzaine de pauvre mecs l'attiré dans une petite ruelle pour laisser libre court à son énergie et laisser derrière elle autant de cadavres.
Maintenant, elle ne faisait que déambuler dans les rues tordues. Cet endroit ne s'appelait le labyrinthe pour rien. Néanmoins, elle réussit à sortir, et chose qui l'étonna fort, aperçut Emerelle à la sortie. Bien que la halfeline s'efforce de rester calme, Juri sentais qu'elle étais nerveuse et aussi qu'elle étais à la recherche de quelque chose, ou quelqu'un. Sans doute Juri elle-même, à vrai dire.
La guerrière décida de la suivre, amusée. La petite femme semblait sentir que quelqu'un l'épiait, car elle fit des détour, et lorsque Juri se décida enfin à poser la main sur son épaule, elle sursauta en poussant un petit cri. Elle avoua à Emerelle qu'elle ne s'attendait pas à la trouver ici, puis elle repartirent vers le palais ensemble.

C'est à ce moment là qu'elles passèrent devant une femme que Juri connaissait. Parce que Juri n'oubliait jamais ses adversaires. Une lueur malsaine éclaira l’œil gauche de Juri, mais elle réussit à se contenir. Elle n'étais pas dans le labyrinthe, ni dans une petite ruelle sombre, et ne voulais pas s'attirer des ennuis. Elle pouvait se battre contre beaucoup d'ennemis en même temps, mais pas contre une ville entière.
Et cette pouffiasse lui sourit. Elle aussi semblait l'avoir reconnue, mais aussi avoir compris la même chose qu'elle. Toutefois, la pirate ne perdait rien pour attendre. Cette nuit, Juri retournerait traîné dans les bars, et elle trouverais cette femme qui l'avait humiliée. Oui, elle payerait. Mais pour l'instant, elle la laissait filer. Elle avait intérêt à profiter des dernières heures de vie qu'il lui restais.

Néanmoins, l'experte en art martiaux ne dit à Emerelle de ces pensées. Elle savait que sinon, celle-ci allais encore s'affoler, se répandre en excuse, et tout le reste. C'était drôle de la voir se mettre dans cet état, mais à la longue, ça devenait un peu lourd. Juri en avait assez de la voir s'exciter comme ça à chaque fois qu'elle posait les yeux sur sa cicatrice.
La guerrière caressa machinalement celle-ci et un sourire étira ses lèvres. La pirate payerais au centuple.
Tranquillement, elle suivit Emerelle, en passant ostensiblement près de Phadransie avec un sourire provocateur. Comment allait-elle réagir ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noire
Heaven can wait
avatar

Messages : 510
Date d'inscription : 24/09/2014
Age : 28
Localisation : Port-Argenterie

MessageSujet: Re: [Terminé]Allons ! On peut s'arranger entre gens civilisés non ?   Dim 14 Déc 2014 - 23:37

Phadransie La Noire laissa l'humaine et la halfeline la dépasser, la frôler presque. Nul mot, nulle parole, juste un regard. Un regard empli d'une funeste promesse de sang, imminente qui plus est.

L'humaine l'avait reconnue, c'était plus qu'évident. Elle lui avait même rendu son sourire sans se faire prier, un sourire sadique, impatient, sûr. Le rendez vous était pris, et ni l'une ni l'autre des deux femmes n'était dupe. Phadransie avait cessé de sourire. Non mais pour qui elle se prend cette chienne ? C'est un Défi qu'elle cherche ?
Tout indiquait clairement que oui. Phadransie avait failli la tuer dans le fumoir a narguilé des Sultanat, il y avait plus de 3 mois de ça. Cette femme voulait sa revanche. Donc ça  n'était pas une simple garde du corps ? Mais une guerrière à part entière. Fallait-il se méfier d'elle ? Elle n'était pas armée.

De toute façon, la halfeline et sa compagne étaient déjà loin, Phadransie reprit sa route en chassant de sa tête ses pensées. Avec un peu de chance, le Seigneur Emeraude voudrait bien d'elle et aurait jeté l'ancre avant ce soir. Elle descendit donc jusqu'au Port, l'esprit alerte, prete à faire apparaître en moins de temps qu'il n'en aurait fallu pour le dire son pistolet dans la paume de la main. Prête à en découdre, prête à tuer, mutiler, torturer.
Ainsi, elle ne fit guère attention aux deux marins occupés à scruter avec une passion presque déconcertante la Seigneur à quai. Phadransie les dévisagea, une impression étrange semblait émaner de ce duo lorsqu'elle passa près d'eux. Quelque chose d'indescriptible. Elle aurait bien voulu les questionner quant à l'identité du futur Capitaine de ce Navire, mais cette impression l'en dissuada et elle passa son chemin. Ni Klay ni aucun membre d'équipage du Seigneur Emeraude ne trainait là, Phadransie en conclut donc que le Capitaine qui reprendrai le flambeau à la suite de Brecianne n'avait pas encore été nommé. D'ailleurs qui devait se charger de cela ? Borch Klay ? A moins qu'il ne devienne lui même le Capitaine du Seigneur. C'était, selon Phadransie, l'option la plus probable. Et comme Klay n'était pas là, alors aucun risque que le Seigneur Emeraude s'en aille d'ici tôt.

Sur ce, la Pirate poursuivit sur sa lancée, et se décida d'explorer le chantier naval de Kelvin, ce qui l'occupa une bonne partie de la mi-journée. De nombreux Navires, chargés à blocs de matériaux tels que du bois, des poutrelles, des cordages, du tissu, de la poudre et même des produits exotiques, en vogue dans la cité du fait de l'importance du commerce qui s'y exerçait, se déployaient sous ses yeux.

Phadransie sourit : Aucun de ces rafiots n'était aussi beau à son oeil que l'avait été le Galion Déité. Et le Seigneur Emeraude. Surtout le Seigneur Emeraude. 


*


Phadransie La Noire vit son bras, au niveau du coude, percuter la nuque de l'un de ses agresseurs, à la clarté des étoiles du soir. Elle sa baissa afin d'esquiver le coup de feu du pistolet que brandissait le deuxième larron. 

-Fils de pute de corniaud siresse ! 

La Pirate lui balança un coup de pied bien calculé, qui lui fit sauter l'arme des mains. Elle aimait le labyrinthe. Elle aimait utiliser son 3 coups. Elle aimait se défouler.

-T'aimes ça hein, l'ami. Mais pas autant que moi, connard.

Elle fonça. 3 points. 3 clés. Poitrine, cou, poitrail. Elle vit le premier des malfrats cracher quelque chose, sûrement de la salive mélangé à du sang, puis crisper ses poings et chuter à même le sol boueux. Phadransie reprit sa respiration, elle recula pour se préparer à terrasser le deuxième. Elle se jeta sur lui tel un fauve sur sa proie, esquiva le coup de poing qu'il préparait et se servit de son crochet pour trancher les chairs. Alors qu'il la maudissait, pissant le sang, toujours debout, alors qu'elle l'entendait la traiter de pute, elle tapa encore. 3 fois. Sa tête tomba sur le sol, entraînant le corps de l'homme. Phadransie écrasa son crâne sous sa botte, cracha et récupéra leur bourse. Elle avait à présent de quoi passer une bonne partie de la nuit, enfermée dans une bouteille. Sa tête lui tournait, et elle s'adossa contre un mur afin de se reposer un moment. Elle n'avait rien mangé de la journée, et le combat ainsi que l'utilisation deux fois de cette attaque l'avait grisé un peu. Se sentant mieux, elle se mit en route vers la Taverne la plus proche. Surtout pas celle de la nuit dernière. Elle ne tenait pas spécialement à revoir cette...femme. Tu en es sure ? Pourtant la nuit dernière tu as réussis à échapper à Ariel et Brecianne grace à elle ? Non, elle ne voulait surtout pas se réveiller une seconde fois nue à ses côtés. Mais ce n'est pas plus mal que cauchemarder, n'est-ce pas ?


-Putain de pute, je veux pas j'ai dis ! 

Elle se rendit compte qu'elle avait crié toute seule, les bottes dans le sol boueux, tachetées de sang encore frais et chaud. La nuit était claire, les étoiles avaient éclairé jusque là le paysage désastreux qu'étaient les quartiers innommables de Kelvin la Minable de l'Ouest. A présent, d'épais nuages se formaient dans le ciel doucement, et un vent frais commençait à se lever. Phadransie arrangea son Tricorne et se mit à avancer. Et plus elle avançait, plus elle croyait discerner au loin une silhouette, qui avançait, elle aussi, d'un pas ferme et résolu. Les deux femmes -car c'en était une- allaient se croiser, c'était sûr.

A ce stade, même un crétin ou un ivrogne aurait compris de qui il s'agissait.

Et Phadransie n'était pas aussi saoule qu'elle aurait voulu l'être. Elle recula doucement, puis de plus en plus vite. Sa tête ne lui tournait plus mais elle ne voulait pas se battre contre elle. Et puis quoi, tu as peur de cette salope ? Pense à son sang lorsqu'il couvrira ton crochet. 

Elle s'arrêta et se décida à faire un volte face. Phadransie La Noire n'avait jamais fuis un adversaire. Elle avait affronté la rage d'Ariel et de Lorin. Elle avait vu se déployer sous ses yeux les vides abyssaux et le feu du Fou s'étendre au Grand Mât.

Jamais cette femme ne pourrait être pire que tout ça. Elle prit un léger flacon d'alcool dérobé il y avait quelques heures à peine, qu'elle gardait dans son décolleté, et le descendit cul sec avant de s'essuyer les lèvres d'un revers de la manche. Elle balança la petite bouteille ambrée au sol, qui se brisa en deux parties tranchantes, et lécha son crochet.

-Qu'on en finisse ma chérie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Terminé]Allons ! On peut s'arranger entre gens civilisés non ?   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Terminé]Allons ! On peut s'arranger entre gens civilisés non ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Galadriel ♣ Car nous sommes des gens civilisés
» Un petit examen et quelques questions à se poser, entre amis [WAYNE]
» [Terminé] Le temps peut être un allié comme un ennemi [PV Elina Holden]
» [Terminée] On peut être féminine et poutrer du zombie - LILY-ANN
» [Terminé] Tu peux peut-être me donner le passé, mais Alec est mon futur.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryscior :: Ryscior :: Kelvin-
Sauter vers: