AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Grande Forêt

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Dargor
Le Maitre de l'Intrigue
avatar

Messages : 1003
Date d'inscription : 25/05/2014
Age : 22
Localisation : N'importe où, mais avec mon ordi.

MessageSujet: Grande Forêt   Sam 18 Avr 2015 - 10:54

Les Royaumes Sylvestres


Physique du pays

Parler d’un seul physique pour parler des royaumes sylvestres est une douce utopie. En vérité, chaque communauté d’elfe sylvain vivant dans sa propre forêt une région donnée du monde, il n’en est pas deux qui se ressemblent. Cependant, là où la plupart des tribus vivent dans des endroits où l’on peut aussi trouver des royaumes humains, la Grande Forêt et le royaume des profondeurs, pour leur part, sont uniques au monde, et peuplés uniquement par les elfes sylvains.
La Grande Forêt est une région hostile à l’être humain. Les quelques routes qui la traversent sont bordées de hautes murailles afin de protéger les passants des créatures qui la peuplent… Mais ces murailles sont fréquemment abattues en secret par lesdites créatures, qui tendent alors des embuscades redoutables aux passants. Et la nature reprend peu à peu ses droits sur la portion de route concernée. Peu à peu, tous les marchands ont fini par accepter l’idée de contourner la forêt, afin d’éviter d’éveiller la colère de ses habitants.
La Grande Forêt est la plus ancienne des forêts du monde. Ses arbres les plus vieux sont les plus jeunes pousses qui furent semées par les dieux lorsque Ryscior fut créé. C’est un lieu mystique qui s’étend sur une surface immense. C’est sans doute cet état de fait qui  y attira tant de créatures de la forêt, qui ont appris à réfléchir comme s’ils étaient non pas des habitants de cette dernière, mais véritablement une extension de sa volonté, comme si elle était un être vivant.
Des menhirs gravés de runes elfiques marquent les limites de ce domaine végétal. Au-delà s’étendent des arbres gigantesques dont les branches frissonnent et se tordent lentement, comme pour échapper à la barrière magique que forment ces pierres gardiennes. Les racines rampent et griffent les pierres à couvertes de mousses, au milieu d’une brume persistante qui recouvre les clairières et les cavités du sol. Un tel labyrinthe de troncs et de branches suffit à rebuter l’esprit le plus décidé, car il abrite des yeux épieurs, des mouvements furtifs à peine entraperçus et des bruits inquiétants. La tranquillité surnaturelle des clairières tapissées de feuilles mortes et la brise silencieuse soufflant sur les sentiers ne voilent aucunement le sentiment d’être observé et mesuré à chaque pas que l’on y fait.
Ceux qui vivent à sa lisière voient fréquemment du coin de l’œil des habitants de la forêt et d’autres silhouettes impalpables qui se déplacent à travers les branches basses et les fourrés, suivies de petites formes semblant aller d’un arbre à l’autre. Les peuples de la forêt savent tout ce qui se passe en son sein, et bien que leur influence soit discrète, ils sont prêts à éliminer tout intrus qui pénètre ses frondaisons. Seuls les fous ou les plus intrépides osent encore braver ses frontières, car rares sont ceux qui en sortent.

Les profondeurs de la terre, domaine des elfes des profondeurs, sont bien différentes des habituelles forêts des elfes sylvains. Quand on parle de profondeurs de la terre, on parle de grottes si profondes que même les nains de la surface n’ont pas conscience de leur existence, car leurs mines sont encore trop hautes. Pour un étranger, il ne s’agirait que d’un immense réseau de grottes et de tunnels courant profondément sous la surface du monde, avec de temps à autre une cité des elfes des profondeurs. Cette perception n’est pas totalement erronée, mais croire que les galeries sont vides serait une erreur. Il y a des choses qui marchent dans la pénombre de ces grottes qui s’étendent à l’infini. Des choses trop horribles pour être décrites, que les elfes des profondeurs n’aiment guère affronter.
Les conditions météorologiques du royaume des profondeurs sont relativement constantes. La température ambiante dans les grottes, les tunnels et les boyaux empruntés par les elfes dépend de nombreux facteurs : l'humidité, la profondeur, la présence de sources d'eau, les courants d'air et les tendances géothermiques. Une grande caverne qui abrite une cité elfe verra sa température monter sensiblement, ne serait-ce que par la chaleur corporelle que dégagent ces créatures. Les elfes se sont adaptés à la vie souterraine et sont à leur aise dans la plupart des boyaux même si, comme les autres races, ils ne raffolent pas des températures extrêmes.

L’histoire des elfes sylvains

L’histoire des elfes sylvains trouve son origine dans la communion des elfes avec la nature. A l’époque des Anciens déjà, alors que la plupart des elfes vivaient dans des villes, plusieurs familles avaient préféré emménager en pleine nature, aux côtés de la merveilleuse création des dieux. Ils en sortaient fréquemment, dès que les guerres le nécessitaient, mais étaient peu à peu rejoint par d’autres familles d’elfes, pour finir par former un peuple entier.
Ce ne fut une surprise pour personne lorsque finalement, ces familles choisirent de rester sur le continent alors que Malene et les elfes blancs partaient. Ces familles, qui étaient devenues un peuple à présent, devinrent les elfes sylvains.
Ils s’installèrent dans toutes les forêts du monde. On appelait les clans en fonction de leur forêt d’habitat. Le clan des elfes du désert et des elfes des profondeurs ne choisirent pas une forêt, mais là n’était pas la question. Par la suite, l’histoire des royaumes sylvestres est l’histoire d’un peuple qui vit reclus sur son territoire, paisiblement, mais qui n’hésite pas à la défendre si nécessaire, et ce de manière féroce.
Récemment, les elfes sylvains changèrent de politique et se mêlèrent soudain des affaires humaines. Pour venger le meurtre de Fartaën, leur père à tous, les elfes sylvains détruisirent en effet le royaume de Sejer, tandis que partout dans le monde, les autres communautés commençaient à attaquer, dans la mesure du possible, les communautés humaines autour d’elle. Cette action fut heureusement pour les humains fortement limitée par les mésententes au sujet de cette contre-attaque entre les elfes sylvains et l’absence des portails elfiques. Aujourd’hui, si l’enthousiasme de la contre-attaque a laissé place à des disputes internes au peuple sylvain quant au sort des communautés qui les entourent, il ne fait nul doute qu’ils sont plus que jamais prêts à défendre leurs domaines.

Les différentes communautés elfiques

Sous les frondaisons des forêts, les elfes sylvains observent le monde avec des yeux méfiants, sans jamais convoiter ce qui se trouve hors de leur domaine, et en ne nouant que très rarement des amitiés avec les étrangers. Ce sont des êtres mystérieux et secrets, qu'on ne rencontre que très peu hors de leurs domaines et qui restent ainsi largement incompris par le reste du monde. Ainsi, depuis bien longtemps, les elfes sylvains ne prêtent attention au monde extérieur que lorsque celui-ci perturbe leur existence, et encore, cela ne concerne que les franges les plus jeunes et les plus âgées de leur population. Les plus jeunes sont en effet aventureux, et quittent parfois les frondaisons des forêts. Pour leur part, les plus âgés ont gagné en sagesse, et ont compris qu’en dépit de leurs aspirations, leurs royaumes ne pouvaient exister en totale autarcie.
C’est ce qui explique que selon les royaumes, la politique extérieure soit différente. Mais pour en revenir aux différents peuples sylvestres, il faut savoir que bien que théoriquement, tous soient soumis à la Haute Reine Filillë, chaque royaume a une indépendance relative. Mais certains rois et reines, théoriquement soumis à la Haute Reine, sont récemment entrés en rébellion contre elle. Pour bien comprendre cela, il convient tout d’abord d’étudier les différentes communautés des elfes sylvains.

La communauté la plus connue est incontestablement celle qui vit sous les arbres de la Grande Forêt. Il s’agit également de la plus grande toutes, et compte près de vingt-mille elfes. La Grande Forêt est le plus sacré des royaumes des elfes sylvains. Les demeures de leurs seigneurs sont cachées dans toute la forêt. Ce sont des lieux emplis d’une musique envoûtante, de rires semblables au souffle du vent d’automne et d’une lumière tamisée. Les entrées de ces endroits sont taillées dans le tronc d’arbres séculaires ou camouflées dans le flanc d’un tumulus, invisible à l’œil des indésirables, si bien qu’ils peuvent passer à quelques pas de leur seuil sans les remarquer.
Ceux qui franchissent ces portes peuvent admirer une immense caverne qui se déploie sous le sol, dans laquelle des racines forment une voûte grandiose avant de descendre en torsades pour former d’élégants piliers. C’est dans ces endroits d’une beauté féérique que les habitants de la Grande Forêt ont élu domicile. Des lanternes ouvragées décorent les murs, chacune refermant une petite créature de forme humaine qui diffuse de la lumière, telles des lucioles. Les Elfes Sylvains célèbres ici les cycles naturels de la vie en organisant de grands banquets durant lesquels leur vin capiteux coule à flots. Les cavernes résonnent de mélodies enchanteresses et de rires cristallins alors que les Elfes dansent, tandis que des faunes jouent de la flûte, tâchant tant bien que mal de séduire des dryades qui ont pour l’espace d’une soirée abandonné leur rôle de gardiennes de la forêt, tandis que les centaures se livrent à des joutes sportives rituelles. Il arrive que de temps en temps, une créature qui ne fait pas partie des peuples de la forêt soit invitée à participer à de tels banquets, tels que des élus divins accueillis favorablement par les elfes. Ceci dit, seul un imbécile goûterait à leurs plats sans y avoir été invité.

La deuxième communauté en termes de taille, beaucoup moins célèbre, est la communauté des elfes des profondeurs. Ces derniers sont aux alentours de quinze mille. Leur long séjour dans les profondeurs de la terre a eu un impact direct sur leur morphologie. Leurs cheveux sont désormais blancs comme la neige, et leur peau a pris la teinte noire de la roche dans laquelle ils vivent. Ils vivent dans de nombreuses cités, qui selon les critères humains ressemblent plus à des villages, que l’on peut trouver un peu partout sous le continent. Généralement, ces cités se trouvent sous les forêts où l’on peut trouver des communautés elfiques. Il est à noter cependant que ces elfes sont coupés de leurs cousins par la destruction des portails elfiques. De même, eux qui pratiquaient l’esclavagisme, mais sans être aussi cruels que leurs cousins elfes noirs, ne peuvent plus faire de raids à la surface à cause de l’absence de ces portails. Car dans leur orgueil, ils étaient persuadés que cette œuvre serait éternelle et ont oublié les chemins naturels qui mènent vers la surface.
Le troisième royaume, en termes de taille, est celui des elfes de la Jungle. Ils sont environ cinq milliers, et vivent dans une seule cité, que l’on peut trouver en plein cœur de ladite Jungle. Durant des millénaires, ils ont été le seul moyen pour les amazones voisines de survivre, mais suite à des changements de pouvoirs et de politique, ils ont décidé d’abandonner ces derniers à leurs sorts. En effet, les elfes de la Jungle, après la destruction des portails, sont partis du principe qu’ils étaient désormais les seuls elfes encore civilisés au monde, et souhaitent donc faire en sorte que personne d’autre qu’eux ne vive sous les arbres. Si les adeptes de cette politique n’ont pas encore obtenu que le roi des elfes de la Jungle n’applique ce décret de guerre totale aux amazones aussi bien qu’aux étrangers, beaucoup d’entre eux l’exigent.
Quatrième royaume, le désert. Bien que le désert ne soit que sable et roches, une communauté de deux mille elfes sylvains à la peau brune y vit et le considère comme sa forêt. Ils sont habillés de vêtements couvrants qui masquent même leurs visages entourés dans un tissu que les humains vivant dans le désert ont depuis longtemps imité sous le nom de turban, les elfes du désert sont réputés pour leurs talents de cavalier et de combat en embuscade. Pendant longtemps, ils ont été les ennemis des humains, mais s’étant alliés à eux durant la guerre contre les elfes noirs, ils ont appris à les tolérer. Car le désert est assez immense pour accueillir deux peuples, aussi la futilité de cette guerre contre les humains leur a-t-elle sauté aux yeux, alors qu’ils étaient obligés de défendre ensembles leur maison.
Le cinquième royaume est celui de Valaam. Valaam est une île appartenant à l’archipel des Iles de Jade, peuplée d’un millier d’elfes sylvains. Il se trouve que lesdits elfes tolèrent la présence permanente des humains sur les îles à plusieurs conditions. Ils ne doivent jamais mettre les pieds sur Valaam. Pour ce faire, les elfes sylvains ont trouvé une solution. Ils ont formés certains humains à la magie druidique, et les ont appelés les druides, puis ont envoyé les humains trouver le royaume naissant des Iles de Jade pour leur révéler qu’une déesse inconnue habitait l’archipel. Les druides étant les seuls humains du monde à maitriser la magie druidique, ils ont pu se faire passer pour les prêtres de celle qu’ils ont appelé la Déesse Mère, alors même que les elfes sylvains et les druides savent qu’il s’agit en vérité d’Elye. Mais depuis à présent mille tours, ce mensonge perdure, et les insulaires sont désormais fiers de leurs druides qui sont les seuls humains à pouvoir se rendre régulièrement sur Valaam, où ils sont d’ailleurs formés.
Le sixième royaume est celui des elfes des glaces. Vivant loin au nord, au-delà des Montagnes du Nord du monde, les elfes des glaces sont cinq cent et habitent un pays battu par des vents glacés. Leur peau pâle et leurs cheveux blancs sont à l’image de la neige et de la glace qui enferme leur pays durant presque tout le tour, à l’exception d’un timide été qui ne dure que quelques semaines. Ce sont des elfes qui ont également rejetté la Haute Reine Filillë, lui préférant les humains des Marches d’Acier, qui de toute façon ignorent où est leur royaume.
Septième royaume, celui des Marches d’Acier. Il s’agit d’une communauté d’une centaine d’elfes sylvains qui vivent dans le royaume humain des Marches d’Acier. Ils se sont révélés à eux au cours d’une guerre contre les elfes noirs ayant eu lieu il y  a une dizaine de tours, durant laquelle ils leur ont prêté assistance. Depuis, les habitants des Marches ont l’habitude de ne pas pénétrer dans le « Bois aux sorbiers », car ils savent que c’est là que vivent les elfes des Marches.
Huitième et dernier royaume, peuplé d’une vingtaine d’elfes sylvains, celui des steppes sauvages, dans la campagne des Cités-Etats. Ce royaume a longtemps été victime des orcs, mais aujourd’hui, les orcs sont partis fonder leur royaume ailleurs. Quant aux elfes des steppes, ils ont tourné leur rage de combat vers les humains. On les trouve fréquemment sur les routes qui séparent les Cités-Etats, en train de tendre des embuscades aux caravanes marchandes, qui n’avancent jamais sans escortes. Et heureusement pour elles, ils sont trop peu nombreux pour espérer avoir un réel impact. Et aux yeux des dirigeants des Cités, ils vident la région des bandits de grand chemin, ce qui les arrange bien.

La religion des elfes sylvains

En tant qu’amoureux de la nature, les elfes sylvains placent Elye, Cerumnos et les Dames des saisons au centre de leur religion, et honorent de façon presque exclusive ces derniers, leurs dogmes rythmant la vie des elfes sylvains. Il en va de même pour les autres peuples de la forêt. Mais ces religions ne sont pas pour autant omniprésente. La sagesse des elfes leur permet de savoir les conflits qu’elle peut engendrer, surtout grâce à l’écoute de ce qui se passe dans les royaumes des Hommes. C’est pourquoi il n’y a pas de prêtres ou de prêtresses dans les forêts des elfes. On considère que respecter les dogmes d’une divinité est la seule vraie voie que l’on puisse emprunter sans se tromper.

Puissance militaire

Des routes ont été tracées dans la forêt, c’est un fait. Elles sont tolérées aussi longtemps qu’elles ne sont pas agrandies, et que ceux qui les utilisent respectent la nature. Malheureusement, c’est peu souvent le cas, aussi disparaissent-elles les unes après les autres.
Les elfes, faunes, centaures, dryades et autres créatures de la forêt ne tolèrent pas la présence de créatures appartenant à d’autres races sur leur territoire, car ils savent bien qu’elles n’ont aucun respect pour la nature et ne sauraient respecter la Grande Forêt. Même certains elfes d’autres communautés peuvent ne pas être très bien accueillis dans la Grande Forêt, tels que les elfes du désert, ces elfes étranges qui vivent là où ne pousse aucun arbre, et pourtant affirment être des elfes sylvains.
La forêt peut entrer en guerre pour une seule raison : lorsque ses peuples estiment qu’elle est attaquée. Si les centaures prônent d’attaquer les royaumes humains par prévention, tous les peuples affirment qu’il faut la défendre quoi qu’il arrive. Aussi, si une armée ennemie vient à pénétrer l’intérieur de la Forêt, alors la colère de ses peuples s’abat sur elle, et rapidement, l’armée ennemie n’est plus qu’un lointain souvenir. Il en va de même pour les éventuels bûcherons qui oseraient s’attaquer aux arbres de la lisière. Les défenseurs des pierres sont là pour les abattre.
Les défenseurs des pierres sont un clan d’elfes sylvains qui ne vivent pas dans la forêt elle-même, mais à son orée. On peut les trouver dans les champs des royaumes humains, parfois. Ils se montrent rarement, et portent un masque d’acier parfaitement lisse, ne laissant que deux fentes pour voir leurs yeux. Leur devise est connue des peuples humains, et c’est la seule chose qu’ils savent réellement des elfes sylvains : « Si vous nous voyez, c’est que nous l’avons désiré afin de vous faire comprendre l’inanité de vos espoirs. Si vous entendez notre rire, profitez du dernier son que vous entendrez jamais. » En outre, ils jouent un rôle de gardes-frontières. Si une armée ennemie trop puissante pour eux s’approche, ils ne chercheront pas à l’affronter, mais iront prévenir les clans, qui se prépareront à la guerre.
Voilà pour la Grande Forêt.
Les autres royaumes fonctionnent sur un système très semblable. Chaque elfe s’entraine au tir à l’arc et au maniement de l’épée dès sa plus tendre enfance, de sorte qu’à l’âge adulte, ils savent tous se battre. Au final, les armées elfiques sont des armées de volontaires qui prennent les armes dès que l’appel de la guerre se fait entendre, et qui retournent à leurs activités quotidiennes dès le combat fini.

Les elfes sylvains et le reste du monde

Il y a désormais deux clans parmi les elfes sylvains. L’un d’eux considère les humains comme des ennemis, l’autre comme des alliés.
Les elfes des profondeurs, de la Jungle, de la Grande Forêt, des steppes sauvages et de Valaam considèrent que les humains sont des ennemis. Parmi eux, il y a les partisans de la défense et ceux de l’expansion. Les premiers considèrent que la politique défensive traditionnelle des elfes sylvains est la meilleure qui soit, et qu’il ne faut pas la changer. C’est notamment le cas des elfes de Valaam, qui sont tant habitués aux humains manipulés par les druides qu’ils se sont attachés, dans une certaine mesure, à eux. Pour ceux qui privilégient l’offensive, il y a des elfes des steppes, qui sont en guerre ouverte contre les humains des Cités, et s’adonnent au banditisme.
Les elfes du désert, des glaces et des Marches considèrent désormais les humains comme des alliés, et s’opposent à une guerre avec eux. Les elfes du désert ont d’ailleurs signé un pacte d’amitié éternelle avec le sultan de Ram, tandis que les elfes des glaces et des Marches font partie de la ligue du nord.

Personnalités notables

Filillë, Haute Reine et Reine de la Grande Forêt


Avec seulement trois siècles de vie, Filillë est la Haute Reine, et reine de la Grande Forêt. Mais avant cela, elle est également une redoutable guerrière. Elle prend son rôle de s’assurer que personne ne pénètre et souille la forêt sans en payer le prix très au sérieux. Tuer des gens désarmés, et même des femmes et des enfants, elle l’a fait de très nombreuses fois, souvent sans être vue, et n’en regrette aucune. Ce qu’elle fait, elle le fait pour la forêt, et cela est donc juste à ses yeux. Filillë, au jour d’aujourd’hui, essaye de ramener sous son joug les elfes du désert, des glaces et des Marches. Car bien qu’elle soit celle qui, de tous les elfes sylvains, veut sans doute le plus envahir et soumettre les royaumes humains, elle souhaite avant tout avoir un peuple uni derrière elle, et souhaite donc avoir le soutien de ces communautés rebelles.

Mayi, Maitre des Profondeurs


Mayi est un elfe cruel, qui ressemble beaucoup plus à ses cousins elfes noirs que ce que lui-même n’admettra jamais (n’allez d’ailleurs pas vous risquer à faire cette comparaison en sa présence). Il est cela à l’image de son peuple. Les elfes des profondeurs se considèrent comme les héritiers de Malene, et ils ne souhaitent pas adopter de nouvelles lois. Cela les a conduit dans un état d’immobilisme depuis des millénaires, et en outre, parce qu’ils considèrent que les lois édictées par Malene avant de quitter le continent les autorisait à avoir des esclaves humains, ils ne se gênent pas.
Mayi, pour sa part, est actuellement coupé de ce peuple. En effet, il ne se trouvait pas dans les profondeurs, mais à la surface, lorsque les portails furent détruits. Depuis, il est hébergé par Filillë, dont il est secrètement amoureux, car admirant ses méthodes et son fanatisme.

Turaën de la Mer de Sable


Turaën est la reine des elfes du désert. Ces derniers sont répartis sur la totalité du territoire de Ram et de Tahar.
Les elfes du désert font partie des plus violents des elfes sylvains, car devant sans cesse se battre pour survivre, tant avec les orques du Désert qu’avec les humains de Tahar, auxquels ils n’hésitent pas un seul instant à voler de la nourriture si besoin est. C’est un peuple nomade, répartis en des dizaines et des dizaines de tribus, qui toutes vivent de nuit, car les elfes se sentent plus à l’aise dans la douceur de la nuit, et abrités de la violence du soleil sous des tentes.
Turaën est une reine combattante, une pillarde émérite. Les elfes du désert la comparent à une oasis dans ce qu’ils appellent la Mer de Sable. Car elle est essentielle à leur survie, et prend souvent les bonnes décisions. Sa tête est mise à prix en Tahar, car c’est là qu’elle officie le plus souvent. Mais jusqu’à maintenant, aucune troupe envoyée à sa poursuite n’a réussi à l’attraper, ni elle, ni sa tribu.
Les elfes du désert laissent depuis peu en paix les caravanes de Ram, car ce royaume est désormais leur allié, depuis la guerre contre les elfes noirs.

Gloron de Valaam


Les elfes de Valaam ont pris la mer après les elfes du soleil, ayant la vision d’une île verdoyante. Ils sont aujourd’hui trois cent douze, et vivent tous sur l’Ile de Valaam, en cohabitation avec les druides humains des Iles de Jade auxquels ils enseignent le respect de la nature et le fait de ne rien dire aux insulaires, afin de garder le secret de Valaam sain et sauf.
Gloron est actuellement le roi des elfes de Valaam. Comme tous ses frères de l’Ile, il est d’un tempérament calme et festif. Cependant, là où il diffère de ses compagnons, c’est dans un caractère bagarreur, voire carrément belliqueux selon les dires des siens. L’affaire est qu’il avait accompagné sur le continent sa fiancée, Yulivée, et qu’il en revint seul. Il affirme que Yulivée est en vie, mais rien ne vient prouver cette affirmation pour l’instant. C’est depuis sa disparition qu’il est devenu plus amer que ses congénères, et qu’il s’est entrainé au maniement des armes. Comme s’il devait libérer Yulivée de quelque chose qui la retiendrait prisonnière.


Cirenviel des Marches d’Acier


La tribu des Marches d’Acier vit intégralement dans un unique arbre qui a été magiquement modelé afin de tous les héberger. Les humains qui approchent cet arbre n’y verront qu’une clairière vide, et passeront sans le savoir entre ses racines.
Cirenviel des Marches d’Acier s’est montrée aux humains lorsque les elfes noirs tentèrent de détruire les Marches il y a quelques tours de cela. Elle avait alors mené sa tribu au combat aux côtés des humains pour finalement remporter la bataille. Mais son époux est mort durant ladite bataille, chose qui a marché la reine des Marches. Aujourd’hui, un loup du nom d’Ornu marche à ses côtés. L’animal domestiqué protège férocement sa maitresse, couronnée reine des Marches depuis le décès de son époux. C’est une femme à l’inverse de sa voisine nordique. Chaleureuse et amicale, elle s’assure avant tout du bien-être spirituel et non pas physique de sa tribu. Elle a fait en sorte que son royaume rejoigne la ligue du nord, et c’est elle qui a convaincu les elfes des glaces de faire de même.

Veälis, la reine des glaces


Loin au nord des Marches d’Acier, au-delà des Montagnes du nord du monde, se trouve une dernière terre. L’hiver y est permanent, et la neige recouvre toute l’année la région de son blanc manteau. Dans ce contexte, il est difficile pour une tribu de vivre, et pourtant c’est le cas des elfes des glaces. La tribu est dirigée par Veälis des Glaces.
A l’image de sa terre, Veälis est une dame froide. Cartésienne, toutes ses actions sont dictées par ce qu’il est logique de faire afin d’obtenir le meilleur possible pour sa tribu, ce en quoi elle ressemble à Firor, le Maitre des Marches.
Cependant, la ressemblance entre les deux s’arrête là, car si Firor n’hésite pas à se montrer cruel, Veälis ne ressent pas ce besoin. Quand elle fait du mal, elle n’en fait jamais plus que nécessaire. De même quand elle fait le bien cependant. Convaincue par Cirenviel, elle est entrée en révolte contre Filillë.

Firor, le Maitre des Steppes


L’Empire d’Ambre, les Cités-Etats, les Terres Ogres, le Royaume Orque. Quatre noms pour une seule région que les elfes ont dû déserter. Les peaux-vertes y étaient jusqu’à récemment trop nombreuses, et infectaient les forêts. Les elfes, après avoir longuement défendu leur domaine, ont réalisé qu’ils se faisaient tuer plus vite qu’ils ne naissaient. Aussi, la plupart d’entre eux sont partis pour la Grande Forêt ou pour la Jungle. Cependant, une petite communauté est restée.
Les elfes des steppes sont aujourd’hui une cinquantaine, répartis dans cinq tribus différentes. Ces tribus sont dirigées par un conseil formé de la totalité des adultes de la tribu, mais l’une d’elle contient celui que l’on nomme le Maitre des Steppes, auquel les cinq tribus sont subordonnées.
Firor, Maitre des Steppes, est un elfe sinistre. La survie étant un enjeu de tous les instants, il est entièrement tourné vers cette dernière. Chacun de ses décisions est prise dans le but de favoriser la survie des siens, et le fait de les maintenir dans leur maison. Les humains la leur rendront, un jour.

Tran, Seigneur de la Jungle


Tran est le roi des elfes de la Jungle. C’est un elfe qui a pour son malheur décider de régner selon les principes que les humains qualifient de république. C’est-à-dire qu’il laisse son peuple décider des grandes questions, ce qui lui pose un certain nombre de problèmes. Notamment parce que récemment, des jeunes qui jusqu’à maintenant ne se mêlaient pas de politique ont décidé de s’en mêler, et étaient assez nombreux pour tout chambouler. Tran, traditionaliste, doit à présent faire face à ses démons. Les jeunes elfes de la Jungle sont plein de feu, et veulent devenir les seuls maitres de la Jungle. Pour l’instant, Tran arrive encore à protéger toute sa forêt de leur enthousiasme, mais ce n’est qu’une question de temps avant qu’il ne cède. Il n’a pas l’étoffe d’un roi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ryscior.forumactif.org
 
Grande Forêt
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» LOT N°2 : Une excursion dans la plus grande forêt d'Amérique du Sud
» Election - Grande Saline: Second tour necessaire!
» La plus grande fraude de l'histoire?
» La Grande Marée Qui Surbmergera Le Monde! (Résultat Des Sondages #1) [Avec de jolies images pour Tar... Car sinon il comprend rien...]
» Le début turbulent d'une grande amitier (PV Pelage Roux)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryscior :: Ryscior :: Grande Forêt-
Sauter vers: