AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Bolch Ragymwa

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Bolch Ragymwa

avatar

Messages : 16
Date d'inscription : 18/04/2015

MessageSujet: Bolch Ragymwa   Sam 18 Avr 2015 - 16:36


Nom : Ragymwa.

Prénom : Bolch.

Surnom : Le sudiste (ainsi dit parce qu’il est né dans un pays plus au sud que les Marches).

Race : Humain.

Sexe :Masculin.

Métier : Capitaine des hallebardiers de la Gardienne.

Age : Trente sept tours.

Origine : Le Labyrinthe de Kelvin.

Lieu de résidence : La Gardienne.

Position sociale : Aux yeux des gens des Marches, Bolch est un véritable héros, et cela est d’autant plus impressionnant que c’est une lopette de sudiste ! Il ne devrait pas être aussi talentueux selon leurs critères. Et pourtant, parce qu’il a sauvé la Dame Uly d’un tragique destin quand les elfes noirs tentèrent d’envahir les Marches, parce qu’il a parcouru le continent entier aux côtés de son ami le capitaine Théoden, un autre héros des Marches, et surtout parce que c’est un des meilleurs guerriers de l’armée et le capitaine d’un régiment de hallebardiers particulièrement fiers de servir sous ses ordres, Bolch est un héros. Un héros dont le nom sera très longtemps retenu. Certaines langues le disent d’ailleurs possédé par Gerlant Garsor.

Point de vue religieux : Bolch Ragymwa mit bien longtemps à se trouver une divinité tutélaire. Le choix fut d’autant plus difficile qu’il était entouré des gens des Marches, qui voyaient comme étrange son obstination à rejeter le culte des esprits auquel il a toujours eu du mal à adhérer. Il s’est finalement tourné, après des tours et des tours de réflexion, vers Finil, suite à une discussion prolongée jusque tard dans la nuit avec la prophétesse Tesla Eilun, qu’il livra sur la terrasse du palais de la Gardienne. Elle lui apprit cette nuit-là que s’il était vrai que Finil connaissait son destin, elle n’avait que peu d’impact sur ce dernier, contrairement à ce que prétendaient la plupart de ses prêtres, et qu’elle était une gardienne s’assurant du destin global du monde, comme l’était cette ville pour les Marches. C’est pour cela que Bolch rejoignit le culte de Finil.

Caractère : Bolch est un homme assez fier, mais pas fanfaron pour autant. S’il aime à écouter les ménestrels chanter ses exploits et s’il aime à entendre les gens parler de lui comme de l’incarnation d’un guerrier légendaire, il n’ira l’admettre devant personne, pas plus qu’il n’ira se vanter de ce genre de choses qu’on lui prête. Car il n’aime pas laisser aux autres l’impression qu’il pourrait être fier. Il veut passer pour un homme humble, et s’efforce de ne prendre personne de haut. Il perd d’ailleurs assez facilement ses moyens quand il se trouve en présence d’une personne de haut lignage. C’est un homme simple et heureux de vivre, car il a passé son enfance dans le labyrinthe, où il a appris à se contenter d’être joyeux de respirer chaque matin.

Phobies : Bolch craint  la mort, il craint la maladie, il craint la vieillesse et la sénilité qui va avec. En d’autres termes, c’est un homme simple qui a des craintes simples.

Santé : Bolch est en forme, car même si le luxe de la vie des Marches lui a fait avoir un peu de bedaine, ses exercices physiques réguliers pour être apte au combat l’aident à tenir la forme.

Main : Droitier.

Compétences : Bolch est un guerrier humain plutôt talentueux dans le maniement de l’arme qui lui a été confiée, à savoir la hallebarde. Il sait se sauver la peau avec une épée et possède un pistolet qui lui a été confié il y a longtemps par Théoden, mais il n’est vraiment apte à se défendre que lorsque son arme favorite est entre ses mains. A part ça, il a récemment appris à lire et à écrire, et il est capable de commander à une unité de soldats pour lui permettre de se débrouiller sur le champ de bataille. Il n’a pas beaucoup plus de capacités, mais c’est déjà largement plus qu’il n’avait jamais espéré en avoir.

Physique : Bolch est un homme mesurant un mètre quatre-vingt-dix de haut et pensant bien quatre-vingt-dix kilos. Ses cheveux noirs sont coupés courts, et il ne laisse que très peu sa barbe pousser, formant un fin duvet qui encadre son visage. Visage étrangement vierge de toute cicatrice, et orné de deux yeux bleu-vert qui font dire à ses amis des Marches qu’il n’est pas un sudiste de kelvinois pour rien. Bolch a un regard mystérieux. A la fois nostalgique et plein de détermination, plein de joie. Il porte autour du cou un pendentif originaire d’Hasdruba, qu’il apprécie pour son esthétisme, et parce que ce bijou est un cadeau de la Dame Uly Verstholen. Il s’agit d’une chaîne portant la croix des croisés, en argent, et dotée en son centre d’une pierre d’améthyste.

Famille et entourage : Bolch a de nombreux amis de tous les milieux et des deux sexes au sein de la Gardienne. Il est même fier de compter ses seigneurs, le seigneur Verstholen et Dame Uly Verstholen, au nombre desdits amis. Mais l’une des femmes de la Gardienne occupe une place plus importante encore dans son cœur.


Zarha Sczeskin est une prêtresse de Prarag, qui appartient à l’ordre des Dvors. Elle voit Bolch comme un bon soldat et comme un ami, mais ce dernier, qui la décrit comme « une bonne guerrière, une femme très belle et très intelligente », voit plus en elle un mentor.
Zarha Sczeskin est née à la Gardienne, a grandi à la Gardienne, vit à la Gardienne et compte y mourir, ou du moins mourir dans les environs de la ville, au combat. Normalement, ce devrait être une fille des Marches typique. Elle est amoureuse de sa terre, amoureuse de son peuple, casanière, et elle considère les sudistes comme des lopettes.
Mais il y a une différence majeure avec le reste des Marches. Elle a embrassé la religion d’un dieu commun. Bon, soit, Prarag n’est pas n’importe quel dieu, et l’ordre des Dvors n’est pas n’importe quel ordre, mais cela suffit à en faire une femme rare parmi les Marches. Bolch essaye de la convaincre de s’ouvrir plus encore en l’accompagnant visiter les pays du sud, mais elle a pour l’instant toujours tout refusé.

Histoire : Bolch Ragymwa naquit dans les bas-fonds de la ville de Kelvin, dans le quartier qu’on appelle encore aujourd’hui le Labyrinthe. Les enfants du Labyrinthe sont des enfants qui font à la misère, à la violence quotidienne et sous toutes ses formes. Aussi, Bolch, dès son plus jeune âge, dût rejoindre une bande d’enfants et tâcher de survivre avec elle. Des enfants de tout âge et des deux sexes s’y trouvaient, livrés à eux-mêmes car leurs parents ne pouvaient pas prendre le temps de s’occuper convenablement d’eux, si tant est que parents ils avaient. Ce qui n’étais pas le cas de Théoden, celui qui devint vite le meilleur ami de Bolch, mais qui disparut alors qu’ils avaient une dizaine de tours. Parce que tous les enfants du Labyrinthe rêvent d’escalader le mur qui les enferme, et que certains y arrivent. Bolch se prit à espérer que Théoden avait tenté l’ascension, et qu’il y avait réussi. Il savait que son ami rêvait de devenir marin. Il était certainement à bord d’un navire à présent.
Alors Bolch se décida à escalader le mur qui enfermait le labyrinthe à son tour. Il essaya l’ascension cinq fois, et échoua aux quatre premières tentatives. La cinquième aurait pu être couronnée de succès, s’il n’avait pas été attrapé par une patrouille de gardes portant l’uniforme azur de Kelvin. Il fut rejeté dans le Labyrinthe sans autre forme de procès. Alors, il commença à se dire que sans doute, son ami était-il mort quelque part dans le Labyrinthe, comme c’était le cas dans la plupart des disparitions. Il erra plusieurs jours au pied du mur, se demandant quoi faire, quand il trouva quelque chose. Un manteau. Celui de son ami. Il se souvenait que la mère de ce dernier lui avait taillé ce manteau pour l’hiver dans une couverture afin de lui tenir chaud. Théoden ne s’en serait séparé pour rien au monde. Il chercha donc aux alentours du manteau, et finit par trouver un trou dans le mur. Très fin. Mais il pouvait voir la lumière à travers.
Alors il comprit. Théoden avait tout simplement rampé là-dessous, et avait dû laisser son manteau à l’entrée pour ne pas se retrouver coincé. Une fois de l’autre côté, il avait dû s’éloigner dans les rues pour ne pas être trouvé par la garde, et ne jamais retrouver l’accès vers le Labyrinthe. Mais qu’à cela ne tienne ! Bolch comprenait qu’il ait choisi de vivre son rêve, et lui aussi en avait bien envie ! Il se glissa prestement sous le mur, et se mit à ramper. Il comprit vite pourquoi aucun adulte ne s’enfuyait par-là, car le passage était à peine assez épais pour qu’un enfant puisse ramper dessous. Mais il parvint à traverser le mur dans toute sa largeur.
S’ensuivit un tour entier d’errance dans les rues de Kelvin. Bolch avait grandi dans un endroit sans loi, aussi dût-il apprendre à composer avec cette dernière. Pendant des lunes et des lunes, il erra sur le port, enchainant les petits métiers, mais curieusement, l’appel du large ne le tenta jamais comme il avait dû tenter Théoden. Cependant, le jeune orphelin voulait plus. Il ne pouvait pas se contenter de cette vie misérable pendant les dizaines de tours qui l’attendaient ! L’occasion vint lorsqu’il entendit parler des Marches d’Acier, grâce à un marchand de passe. L’armée des Marches, disait-il, recrutait régulièrement pour lutter contre les orcs. Dans les Marches, les jeunes gens apprenaient à se battre très tôt.

Préparer son départ pour les Marches d’Acier fut long et difficile, et cela lui pris pas moins de quatre tours à économiser pour payer le voyage, de sorte que lorsqu’il partit finalement, il était âgé de quinze tours. L’armée des Marches l’accueillit sans rien dire sur ce jeune âge, car il y avait des garçons encore plus jeunes parmi les soldats, et on lui remit aussitôt une lourde hallebarde. Il était difficile de la manier pour un gamin de son âge, mais il apprendrait vite, lui assura-t-on, grâce à l’épreuve du feu. On a avait en revanche plus de remarques à faire sur le fait qu’il soit sudistes.
Puis ce fut le début de son service dans l’armée des Marches d’Acier. Quels tours ce fut ! Jusqu’à ses dix-sept tours, soit pendant deux règnes d’Elué, il combattit les peaux-vertes qui descendaient du nord aux côtés de l’armée, apprenant à manier son arme par l’épreuve du feu, comme on le lui avait promis. Il survécut par chance et parce qu’il apprenait vite, mais aussi parce qu’il avait hérité de son enfance dans le Labyrinthe un instinct de survie qui prenait possession de lui au combat. C’est à cette époque qu’il fit la connaissance du Seigneur Verstholen et de la Dame Uly. Enfin, leur connaissance… Il apprit leurs noms et apprit à reconnaitre leurs visages.
Puis vint l’attaque des elfes noirs ! Nul ne sut jamais pourquoi une troupe d’elfes noirs, plutôt que de faire un simple raid, décida de tenter de s’établir dans les Marches, mais ce fut une guerre longue. Il n’y avait qu’une trentaine d’elfes noirs, accompagnés d’une centaine d’esclaves et d’auxiliaires peaux-vertes venant des montagnes du nord. Cela suffit à tenir l’armée des Marches en échec pendant une dizaine de tours. La Dame Uly fut même capturée par les elfes noirs pendant un moment ! Mais heureusement, une expédition conduite par Gaunt Vogel, dont Bolch faisait partie, parvint à la secourir au terme d’un combat épique. Finalement, la bataille finale eut lieu quand Cirenviel, maitresse des elfes des Marches, vint au secours des humains.

Bolch fut nommé capitaine des hallebardiers après cette guerre, en remerciement de ses exploits, mais ses aventures ne devaient pas s’arrêter là. Car retrouva plus tard son ami d’enfance, devenu capitaine de Kelvin entretemps, à l’occasion d’une guerre où les peaux-vertes parvinrent presque à s’emparer de la Gardienne. A cette époque, Théoden parvint à sauver la cité en la faisant bombarder avec les canons de son navire. Puis il reprit la mer, pour faire voile vers de nouvelles aventures, tandis que Bolch restait à la Gardienne, attendant. Encore un autre hiver, encore une autre guerre… Et il en irait ainsi jusqu’à la fin de ses jours, il en était désormais certain.


Dernière édition par Bolch Ragymwa le Mar 26 Mai 2015 - 22:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Commodore Theoden
Favori d'Ariel
avatar

Messages : 333
Date d'inscription : 21/08/2014
Age : 19
Localisation : Les Terres d'Albion.

MessageSujet: Re: Bolch Ragymwa   Dim 19 Avr 2015 - 0:14

Tout est dit les enfants, Bolch est là. L'univers de Ryscior est enfin complet !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyu
Gardienne des Mots
avatar

Messages : 122
Date d'inscription : 10/10/2014
Age : 19
Localisation : Assise sur mon trône.~

MessageSujet: Re: Bolch Ragymwa   Dim 19 Avr 2015 - 9:00

Fiche validée ^^ !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bolch Ragymwa

avatar

Messages : 16
Date d'inscription : 18/04/2015

MessageSujet: Re: Bolch Ragymwa   Dim 19 Avr 2015 - 9:03

Theoden a écrit:
Tout est dit les enfants, Bolch est là. L'univers de Ryscior est enfin complet !!

Merci du compliment. =)

Et merci pour la validation aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Bolch Ragymwa   

Revenir en haut Aller en bas
 
Bolch Ragymwa
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryscior :: Flood :: Monument aux Morts-
Sauter vers: