AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Sélanæ d'Harmattan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sélanæ d'Harmattan
Briseuse de chaînes
avatar

Messages : 58
Date d'inscription : 24/09/2015
Age : 19
Localisation : Hasdruba

MessageSujet: Sélanæ d'Harmattan    Jeu 24 Sep 2015 - 22:04




Nom : Lurhd'hor.

Prénom : Sélanæ

Surnom : Sélanæ d'Harmattan. Ayant perdu son nom après avoir été recueillie par les prêtres de la Lumière, elle porte maintenant le nom de son Sultanat d'accueil.

Race : Humaine

Âge : 17 ans

Sexe : Féminin

Physique : Tout le monde s'accorde à dire, et ce depuis toujours, que Sélanæ est d'une beauté extraordinaire. Ses somptueux cheveux châtains et ondulés tranchent avec la blancheur laiteuse de sa peau fine. Son visage, d'un ovale parfait accueille en son sein tous les attirails d'une séductrices : de grands yeux turquoises, surmontés de longs cils fournis et délicats, des pommettes relevés qui accentuent les angles impeccable de son visage et une bouche charnue et rosée tel la peau d'une pêche duveteuse.
Mais se fier à la beauté illusoire de Sélanæ serait une erreur que vous pourriez payer de votre vie, car sous cette allure de déesse, se cache une vraie guerrière et ses mains, bien que fines et délicates empoignent la paume des épées avec ardeur. Dominant fréquemment ses ennemis de son mètre soixante quinze, ses coups d'épées se transforment en un véritable torrent de lames lorsqu'elle fait pivoter son corps fuselé et musclé transformant ses parades en violentes allonges mortelles. 

Origine : Khamsin

Lieu de résidence : Nomade

Métier : Lorsque Sélanæ résidait encore à Khamsin, elle apprit le métier de sa mère qui était tisserande. Mais cela ne l’intéressait absolument pas. Sélanae rêvait de liberté et de grands espaces. Un peu garçon manqué elle préférait aller aider son père dans sa forge où elle acquis les gestes nécessaire à la création des épées et des armures. 

Position sociale : Sélanæ subsiste sur les réserves d'or qu'elle s'est procurée en parvenant à détrousser ses ravisseurs.

Rang : Sélanæ Lurhd'hor, d'Harmattan son Sultanat d'Accueil, Rescapée de Khamsin La Malheureuse, Esclave Affranchie, Prêtresse de Lothÿe au Coeur Passioné, Résistante de l'Ost Noir, Briseuse de Chaînes, Le-Coup-Droit, Capitaine de l'Ankhor.

Point de vue religieux : Sélanæ vénère Lothÿe pour l'avoir guider jusqu'au temple du soleil des Sultanats d'Harmattan saine et sauve, après la destruction de Khamsin.

Caractère : Le moins que l'on puisse dire c'est que Sélanæ à mauvais caractère. La parole sèche et directe, elle se donne elle même un côté très froid, excepté avec les enfants qu'elle adore et avec qui elle s'entend à merveille. Têtue comme une mule elle ne laissera jamais tomber, pouvant se battre jusqu'à la mort pour défendre ses valeurs. De toute petite, Sélanæ a voulu protéger les gens. Agée d'à peine 10 ans, elle protégeait son meilleur ami Heldred contre les petites brutes qui s'amusaient à le faire souffrir. Revenant souvent la lèvre et sang et le pantalon troué, sa mère ne savait plus quoi faire de sa fille, elle qui voulait qu'elle devienne une jeune fille bien élevée et qu'elle se marie rapidement. Après avoir été réduite à l'esclavage, ce qui reste l'expérience qui l'a le plus traumatisée à ce jour, et avoir réussi à s'échapper, elle fait de son devoir de libérer tous les esclaves de Ryscior, quoiqu'il en coûte ! 
Pourtant, derrière sa carapace de dure à cuir, Sélanæ est une personne qui doute beaucoup d'elle même et qui a terriblement peur de l'échec. Son besoin de toujours tout contrôler lui impose une pression qui à la longue pourrait la faire craquer. Véritable boule de nerf, elle se ronge les ongles à longueur de journée.

Phobie(s) : Sélanæ est agoraphobe et claustrophobe, les foules compactes la perturbent et la paralysent tout autant que les endroits clos. Cette peur incontrôlable remonte à la prise de Khamsin lorsqu'elle fut écrasée par la masse grouillante des Khamsins tentant de quitter la cité, âgée d'à peine 15 ans.

Santé : Sélanæ est en parfaite santé.

Main : Droitière

Compétences : Sélanæ sait se battre à l'épée. Elle sait forger des épées et des armures, tisser des capes et des vêtements. Elle sait aussi monter à cheval, même si ce n'est pas sa spécialité. Ayant reçu une courte formation de prêtresse de la lumière, Sélanæ sait soigner une personne blessée même si cette compétence relève plus d'un premier secours.

Famille et entourage : Sélanæ a perdu son père et sa mère lors du saccage de Khamsin par la flotte de Phadransie la Noire. Etant fille unique, elle ne possède plus de famille.

Inventaire : Une armure d'acier forgée de ses propres mains, ainsi que deux épées dont une moyenne et l'autre grande. Un pantalon, une cape ainsi qu'un juste au corps qu'elle s'est elle même tissé.


Histoire
 
      Sélanæ naquit dans le sultanat de Khamsin d'un père forgeron et d'une mère tisserande. Après son accouchement, sa mère tomba malade et ne put plus avoir d'autres enfants, même si elle pleura beaucoup, elle disait souvent que sa fille était la plus gentille au monde et qu'elle s'en satisfaisait largement. 
     Du fait que ses parents fussent tous deux marchands, dans son quartier la petite fille était connue et appréciée de tous avec son visage d'ange, sa belle chevelure et son sourire espiègle. 
Dès son plus jeune âge, elle aida souvent sa mère au magasin et était vouée à reprendre l'échoppe lorsque celle-ci disparaîtrait. 
Mais le fil, les aiguilles et le matériel à couture ennuyaient Sélanæ au plus haut point et souvent elle allait rejoindre son père pour l'aider à la forge parce que c'est ce qu'elle aimait par-dessus tout. Elle ne se lassait jamais de cette chaleur étouffante de la forge qui embrasait ses poumons à chaque respiration, elle ne se lassait jamais d'entendre le claquement du marteau contre le métal encore en fusion projetant partout de petites étincelles, elle ne se lassait jamais de voir l'acier peu à peu prendre forme et ses bords devenir tranchants, enfin elle ne se lassait jamais de voir les volutes de vapeur sortir du fût d'eau froide dans lequel trempaient les lames encore brûlantes. Tout à la forge n'était qu'émerveillement pour elle. 
     Mais même si son père ne s'opposait pas à ce qu'elle reste avec lui, un peu de compagnie ne lui faisait pas de mal, sa mère, elle, s'y opposait catégoriquement : 

« La place d'une jeune fille n'est pas derrière une lame en tenant le marteau ! » disait-elle 
     
     Mais Sélanæ ne lâcha pas l'affaire. Sa mère voulait qu'elle l'accompagne au magasin, soit, elle l'accompagnerait au magasin. 
Dès lors, Sélanæ se leva tous les matins à quatre heures, pour accompagner son père à la forge jusqu'à huit heures puis elle se changeait en vitesse et rejoignait sa mère à la tisserie. Sa mère la regardait parfois d'un mauvais œil, lorsqu'elle se présentait le pantalon noirci par la suie ou en sueur, mais au final elle ne pouvait rien lui dire. Car elle aimait sa fille et au fond d'elle, elle savait qu'elle faisait ce qui lui plaisait et rien que ça, ça la rendait heureuse. Le soir, la petite fille était épuisée mais elle maintint ce rythme pendant six ans, de ses neuf ans à ses dix quinze ans. Son père qui en plus d'être un forgeron hors pair était aussi un très bon épéiste, lui enseigna les bases du combat à l'épée durant ces cinq années de labeur. 
Devenue une excellente bretteuse elle acquit aussi tout ce qu'elle devait savoir sur les métiers de la forge. Son enseignement était terminé et elle savait ce qui lui restait à faire. Un jour elle alla voir sa mère et lui dit qu'elle voulait définitivement travailler à la forge et reprendre elle-même l'échoppe a la mort de son père. Bizarrement, sa mère, qui s'était assagie en six ans, accepta, bien que peinée et Sélanæ la remercia à grande embrassade. 
   
    La nouvelle avait fait l'effet d'une bombe dans la cité : le prince Abad allait se marier, et qui plus était avec une Levêchienne. Le mariage avait été fixé à la semaine prochaine et aurait lieu selon les traditions Khamsienne, un soir de pleine Lune. 
Bien sur, toute la cité pouvait venir jeter un coup d’œil à la remise respective des bagues qui aurait lui après le banquet privé. Et c'est ce que firent Sélanæ et ses parents, bien que son père fut réticent à cette idée, lui dont ses aïeuls avaient combattus dans des guerres contre cette cité si longtemps ennemie. Habillés pour l'occasion ils se rendirent sur le port où une immense estrade avait été dressée. La foule était immense et ils étaient, bien entendu, très loin du la famille royale mais ils purent tout de même apercevoir le Prince et sa future épouse qui portait le nom de Leyla disait-on. 
En revanche ce qu'ils virent très bien, ce fut les immenses galions provenant du large et qui fonçaient tout droit vers la cité. Au début, personne n'y prêta vraiment attention. Mais à la vue des immenses drapeaux noirs flottants accrochés aux mâts, la foule paniqua. 
'' Des pirates '' lâchèrent certains, ne réalisant pas encore ; et alors les premiers cris retentirent. 
La foule s'agita, se brusqua et tous voulurent partir en arrière quand un coup de canon terrible retentit. 
L'autel sur lequel le Prince se trouvait ainsi que sa promise vola en une nuée d'échardes mortelles qui s'empalèrent tantôt sur les spectateurs les plus proches. Mais le boulet continua sa course et se fraya un chemin sanglant à travers là foule. Le père de Sélanæ posa une main sur son épaule. 
'' Il faut partir, vite '' lui dit-il. 
Mais quand ils se retournèrent, ils tombèrent nez à nez avec les gardes Levêchiens qui semblaient décidés à ne pas les laisser passer. Le père de Sélanæ se rua sur eux, tentant de se frayer un chemin mais une lame vint lui transpercer le ventre et il tomba raide mort. Sélanæ hurla, mais c'était comme si son cri était muet, étouffé par le vacarme alentour. Déjà la cité s'embrasait de part en part et dans la foule en panique, les cris se mêlaient au sang et aux larmes. Elle tomba à genoux près du cadavre de son père, lui tenant toujours la main, mais elle ne put pleurer son deuil très longtemps car un un immense mouvement de foule l'obligea à se relever sous peine de se faire piétiner. Les gens de derrière poussaient les personnes de devant sur les gardes Levêchiens qui faisaient barrage et n'hésiter par a transpercer ceux qui voulaient leur passer outre. Sélanæ entendit son nom sur sa droite, quand elle se retourna elle vit sa mère se faire emporter dans un torrent humain. Elle se fraya un chemin pour la rejoindre mais un des gardes Levêchiens lui tira un coup de cross derrière la nuque qui l'envoya face contre terre, inconsciente. 

     Elle reprit conscience au milieu d'une odeur de cendre et de fer. Un soleil couleur sang s'était levée sur la cité de Khamsin. Sélanæ se releva lentement, son cerveau toujours embourbé dans une sorte de purée de pois. Elle eut du mal à ouvrir ses yeux, ses paupières comme collées entre elles. Elle était recouverte de cendres et son souffle était rauque. Lorsqu'elle leva les yeux elle ne put s’empêcher de porter un main à sa bouche et d'hurler. La cité était dévastée, méconnaissable. Partout ou ses yeux se posaient, s'offrait à elle la vision de cadavres. L'ex ville était déserte et un calme illogique l'avait enveloppée. 
Elle tourna la tête vers la mer. Les bateaux pirates avaient disparus, laissant la cité dans un chaos incommensurable. Quand tout à coup elle entendit une voix qui lui glaça le sang :
« Il y en a une de vivante là ! »
Mon dieu, de l'aide enfin, je ne suis plus seule, pensa-t-elle. Mais quand elle se tourna pour voir son sauveur, elle aperçu des guerriers Levêchiens, les mêmes qui lui avaient barrer la route il y a de cela des lustres lui semblait-il.
Ils coururent vers elle et une fraction de seconde plus tard ils était sur elle, un des gardes l'avait empoigné par la chevelure. Il était en mauvais état lui aussi : son visage était ensanglanté et son armure de cuir déchirée de part en part.
« C'est un Khamsine, elle a les yeux verts, de beaux yeux verts qui plus est. Toi tu vas valoir une fortune ma chérie » lui dit-il en lui postillonnant des gouttelettes de sang sur son visage. 
     C'est ainsi que commença sa vie d'esclave. Elle fut parquée dans les geôles de l'ex palais Khamsin, mélée à d'autres membre de la cité avec qui elle avait partagée sa jeunesse pour certains. 
Ainsi les Levechiens n'étaient que de vulgaires traîtres ... son père avait donc eu raison, comme toujours.
Les esclaves Khamsins capturés serviraient à relancer l’économie de la ville Khamsine. Les plus vieux et les plus laids seraient gardés pour servir dans la cité. Quand aux plus beaux et aux plus jeunes ils seraient revendus à prix d'or, et Sélanæ faisait partie de cette catégorie. 
     
    Elle fit donc le tour des Sultanats, enchaînes par le cou, oscillant de marché en esclave en marché en esclave. Mais son esprit restait à l'affût : elle restait silencieuse mais observait les moindres gestes de ses revendeurs, analysait chaque opportunité de fuite et un soir, son sang-froid fut récompensé.
Ils traversaient le désert depuis deux jour et une lune, quand la nuit du deuxième jour venue, les mercenaires décidèrent de faire halte dans une oasis. Fiers de l'or des ventes effectués en Harmattan, ils avaient pu acheter deux jarres de vin, et ce soir-là ils burent à l'excès. Alors que les deux gardes s'étaient endormis, ivres morts, Sélanæ se releva et se rapprocha furtivement. De ses mains enchaînées, elle réussit à se saisir de l'épée qu'un des gardes avait laissé près du feu et elle leur trancha la gorge l'un après l'autre, sans réfléchir, l'instinct de survie prenant le dessus sur le bon sens. Quand elle eut achevé son dessein elle s'effondra au sol et hurla de toutes ses forces, le visage baignant dans le sang chaud. 
     
    Elle récupéra les clefs sur le cadavre du plus vieux des gardes et entreprit de détacher ses liens puis celui des autres esclaves. Les autres la conjurèrent de partir avec eux, car ils avaient de la famille dans un autre Sultanat mais Sélanæ ne pouvait cautionner de bouger. Ils essayèrent de la raisonner mais elle se montrait violente, alors ils partirent sans elle. Elle demeura allongée toute la nuit, tantôt sanglotant, tantôt hurlant, comme perdue dans une stase aliénée. Tous ses souvenirs qui avaient été mis à l'écart par son subconscient trop occupé à trouver un moyen de s'enfuir refaisaient à présents surfaces. Elle ne voulait plus bouger. Elle voulait seulement rejoindre ses parents. Partir loin, ne plus souffrir. Elle sombra dans un sommeil de plomb.
     
    Quand elle se réveilla, elle était allongée sur un lit, des draps blancs immaculés étaient remontés presque jusqu'à son menton. La pièce dans laquelle elle se trouvait était si lumineuse qu'elle dut plisser les yeux pour y voir. Un puits de lumière avait était taillé dans le plafond et la clarté qui en émanait se répercutait dans toute la pièce. Les rayons de soleil réchauffaient sa peau fine et elle appréciait par dessus tout cette sensation. Elle jeta un coup d’œil à ses mains. Immaculées. Le sang avait été nettoyée. Elle regarda sous ses draps : ses vêtements avaient-été changés. 
Où avait-elle atterrie ?
Quand tout à coup une personne entra dans la pièce. Le crâne rasé, vêtu d'une robe blanche et ample il ressemblait trait pour trait aux prêtres de la lumière de Khamsin.
L'homme s'approcha d'elle et vint s’asseoir au bord de son lit . Alors il lui expliqua comment des gardes de la cité en patrouille l'avait ramenée jusque dans la cité et comment les prêtres de la lumière avaient pris soin d'elle même si après tout, elle nécessitait plus de repos que de véritables soins.
« Maintenant, libre à toi de partir » lui dit-il.
Mais Sélanæ n'avait nul part où aller, elle demanda à rester dans la temple afin d'aider les prêtres en échange de nourriture et d'un lit où dormir la nuit.
     
    Cette situation dura plus d'un mois, un mois pendant lequel elle n'entendit plus parler de Khamsin situé à l’opposé Sud du Sultanat d'Harmattan. Désireuse d'oublier son ancienne vie, Sélanæ s'en alla parler au grand prêtre, déposant sa candidature pour devenir une prêtresse de la Lumière à part entière et renouer avec une foi qu'elle sentait lui échapper. Le Grand Prêtre la mit en garde. Il savait qu'elle avait été retrouvée à côté de cadavres de revendeurs d'esclave. Sélanæ essaya de s'expliquer mais le Grand Prêtre la fit taire. Il n'avait rien plus rien à faire de ses actions passées. Mais il la prévint qu'à partir du moment où elle prononcerait les vœux qui ferait d'elle une prêtresse de la Lumière, elle devrait fermer son cœur aux passions et vivre dans la bienveillance et l'abandon de soi. 
Sélanæ accepta.
Ainsi, elle perdit son nom pour devenir Soeur Sélanæ. Elle troqua l'armure qu'elle s'était forgée à Khamsin contre la toge blanche des prêtres de la lumière et du laisser ses épées enfermées à double tour dans un coffre. Durant plus d'un an, elle pria Lothÿe deux fois par jour, au lever et au coucher du Soleil. Elle fit l'aumône pour récolter des fonds pour les pauvres, soigna des malades, ne se nourrit que très peu, si bien qu'elle s'habitua à la faim et ne se regarda plus dans le miroir, pour ne pas se détourner ses yeux d'autrui. 

Spoiler:
 

    Vint un jour où ses vœux furent mis à l'épreuve : alors qu'elle était de corvée de course et se rendait au marché pour réapprovisionner le monastère en vivres, elle capta les discussions de deux nobles de la ville : une rumeur circulait qu'Abad, le fils d'Azim était revenu pour reprendre la cité de Khamsin aux Levêchiens et venger son père. Il était en ce moment même à Ram, implorant le Sultan Qassim Anar de lever une armée.  Le choc fut tel qu'elle lâcha son panier remplie de provisions. Elle rentra a toute vitesse de monastère où elle hésita un instant à reprendre les armes, mais elle refoula ses pulsions et se mit à frotter le sol avec encore plus de vigueur.

    Encore un mois passa et des nouvelles arrivèrent du Sultan Abad : la reprise de Khamsin avait été un succès.
Sélanæ était soulagée et en même temps terriblement triste. Quel était son but dorénavant ? Sa vie n'était devenue qu'une succession de jours s’enchaînant à l'infini. L'excitation qu'avait suscité la nouvelle du retour d'Abad avait réveillé en elle des passions enfouies, et son goût pour l'aventure.

    Près d'un an passèrent quand une terrible nouvelle  arriva du Sud : les Elfes Noirs avaient posé pied dans les Sultanats et menaçaient d'envahir tout le continent.
Cette fois ci, Sélanæ ne put contenir la fougue qu'elle avait mit de côté pendant si longtemps et elle décida de reprendre les armes. Durant la nuit, Sélanæ quitta le Sultanat d'Harmattan et partit pour Ram, qui montait une armée selon les dires des bardes.
Là bas elle rejoignit les troupes du Sultan Qassim Anar et partit dans vers le Sud en tant que volontaire. 
La bataille fut rude et les pertes incommensurables. Les troupes perdaient espoir quand surgit de nul part Turaën de la Mer de Sable et ses troupes d'Elfes. A ses côtés chevauchaient Abad, la fierté de tout un peuple. A sa vue Sélanæ reprit espoir et ses coups d'épées se firent plus forts. Aidés des Elfes, la bataille prit un autre tournant, et bientôt les elfes noirs battirent en retraite. Les Sultanats étaient de nouveau libres.

    Sélanæ demeura quelques temps dans le Sud. Elle assista à l'exil du Roi Abad avec tristesse, puis, son cœur vide de desseins vengeurs, elle reprit la route pour le Sultanat d'Harmattan. Lorsqu'elle frappa à la porte du temple, ce fut le prêtre même qui l'avait recueillie et soigné un an plus tôt qui lui ouvrit la porte. Elle se mit à genoux :
« Mon père, je souhaiterai reprendre ma formation de prêtresse de Lothÿe car à présent que ma ville natale ait été vengée, servir mon dieu est tout ce qui m'importe. »
L'évêque était resté debout et il la regardait d'un œil implacable.
« Ton épée a t-elle refait couler le sang Sélanæ ? 
- Oui 
- Dans ce cas, tu ne peux revenir. Ton cœur est emplie d'une fougue que la piété de notre temple ne peut contenir. Tu dois trouver ta voie Sélanæ. 
Il lui tendit une bourse de cuir remplie d'or, celle même que Sélanæ avait volé à ses ravisseurs le soir de sa libération. 
- Mon père, gardez le, j'en fais don au temple. 
- L'or acquis par le vol ne nous intéresse pas, tu devrais le savoir à présent » dit le prêtre en jetant la bourse à terre avant de fermer la porte.

      Sélanæ erra quelques dans la cité d'Harmattan puis mit cap en Oro, désireuse d'oublier son passé dans les Sultanats. La région Oro était réputée pour son artisanat minutieux et ses artisans orfèvres. Peut être pourrait-elle y ouvrir une armurerie ? 
Mais arrivée sur places, elle s'aperçut bien vite que toutes les places étaient déjà prises.
Alors, elle se rendit à la forge municipale où elle investit tout son talent dans la création d'une nouvelle armure et d'une nouvelle épée. Le forgeage lui prit des mois, mais elle put vivre aisément dans des auberges et manger à sa fin grâce à l'or que le prêtre lui avait rendu.
Pendant tout le processus de création, elle chercha un nouveau sens à sa vie. 
Les prêtres de la Lumière l'avaient bannie mais elle était toujours décidée à faire le bien autour d'elle. 
Plusieurs mois plus tard, elle acheva son chef d'oeuvre : une magnifique armure trois pièces d'une brillance incomparable et aussi légère qu'une plume ainsi qu'une superbe épée aussi tranchante d'une lame de rasoir qu'elle nomma « Espoir ».

    Un jour où elle passait dans les rues sales et malfamées du port d'Oro, elle aperçut un marché aux esclaves itinérant. Elle s'approcha un peu et vit que là étaient parqués une dizaine d'esclaves, hommes et femmes, enfants et vieillards, tous autant plus maigres les uns que les autres. Leur vision raviva des souvenirs atroces. Elle se fraya un chemin à travers la foule amassée là jusqu'au revendeur à qui elle tendit sa bourse d'or. Elle racheta tous les esclaves. 
Lorsqu'elle retira, sous les huées de la foule et le regard mauvais du revendeur, les chaines des pauvres gens en leur disant qu'ils étaient à présent libres, ils la remercièrent en lui baisant mains et pieds mais, au milieu du groupe un voix s'éleva : « Nous ne serons jamais libre ici. Nous n'avons aucun statut, aucun travail, aucun sous. Ici, nous sommes pire qu'une sous race »
Leurs regards alors se poser sur Sélanæ. 
L'homme n'avait pas tord, il fallait qu'elle aide ces gens à retrouver une vie correcte et elle se ferait un devoir d'accomplir la tâche qu'elle s'était elle-même décernée, car désormais, sa vie avait retrouvé un sens.
      
---

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Dernière édition par Sélanæ d'Harmattan le Mar 31 Mai 2016 - 2:40, édité 71 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyu
Gardienne des Mots
avatar

Messages : 122
Date d'inscription : 10/10/2014
Age : 19
Localisation : Assise sur mon trône.~

MessageSujet: Re: Sélanæ d'Harmattan    Ven 25 Sep 2015 - 10:08

Bienvenue sur le forum ! J'ai vu que tu n'avais pas fini ta fiche, donc je me suis permis de rajouter en cours dans le titre du sujet^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abad El Shrata du Khamsin
Roi en exil
avatar

Messages : 116
Date d'inscription : 20/10/2014
Age : 23
Localisation : Le Nouveau Monde

MessageSujet: Re: Sélanæ d'Harmattan    Ven 25 Sep 2015 - 15:55

Mdr c'est moi cheers
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sélanæ d'Harmattan
Briseuse de chaînes
avatar

Messages : 58
Date d'inscription : 24/09/2015
Age : 19
Localisation : Hasdruba

MessageSujet: Re: Sélanæ d'Harmattan    Jeu 1 Oct 2015 - 16:15

Finit
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyu
Gardienne des Mots
avatar

Messages : 122
Date d'inscription : 10/10/2014
Age : 19
Localisation : Assise sur mon trône.~

MessageSujet: Re: Sélanæ d'Harmattan    Sam 3 Oct 2015 - 13:44

Bon il y a quelques petit trucs à modifier mais rien de bien grave, c'est une bonne fiche sinon ^^

Tout d'abord il me semble que cinq ans pour apprendre à forger c'est un peu juste, donc j'aimerais que tu rallonges son temps d'apprentissage ou que pour ta nouvelle armure et l'épée qui va avec elle se soit faite aider par un aîné.

Ensuite tu as un petit problème là :
Sélanæ a écrit:
des draps blancs maculés
ou là :
Sélanæ a écrit:
Elle regarda ses mains. Maculées. Le sang avait été nettoyée.

Je suis sûre et certaine que le mot que tu cherchais étais "immaculé" qui signifie "propre, pur, sans aucune souillure", qui est différent de "maculé" qui veut dire l'inverse, "souillé, sale" (par exemple : les mains maculées de sang, ça veut dire qu'il a les mains couverte de sang).

Il y a aussi le moment où tu dis qu'elle perds la foi et soudainement, après être arrivée devant le temple, elle la retrouve.

Sache aussi, niveau compétence magique, que la magie cléricale ne contient plus de sort de soin, seulement des sort d'exorcisme. Tu dois donc déplacer tes compétences de premiers soins dans les compétences normales, non-magique.

Et je crois que c'est tout. Une fois toutes les modifications effectuées, tu pourras demander un rang et je te validerais^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sélanæ d'Harmattan
Briseuse de chaînes
avatar

Messages : 58
Date d'inscription : 24/09/2015
Age : 19
Localisation : Hasdruba

MessageSujet: Re: Sélanæ d'Harmattan    Sam 3 Oct 2015 - 18:36

Merci Smile
Rang : Briseuse de chaînes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyu
Gardienne des Mots
avatar

Messages : 122
Date d'inscription : 10/10/2014
Age : 19
Localisation : Assise sur mon trône.~

MessageSujet: Re: Sélanæ d'Harmattan    Dim 4 Oct 2015 - 14:08

Te voici donc validé.^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sélanæ d'Harmattan
Briseuse de chaînes
avatar

Messages : 58
Date d'inscription : 24/09/2015
Age : 19
Localisation : Hasdruba

MessageSujet: Re: Sélanæ d'Harmattan    Dim 4 Oct 2015 - 17:53

Merci !
juste petit détail, tu peux mettre un ''s'' a chaîne stp Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ithildin
La Loi et l'Ordre
avatar

Messages : 89
Date d'inscription : 02/06/2015
Age : 19
Localisation : Toujours sur le pont.

MessageSujet: Re: Sélanæ d'Harmattan    Dim 4 Oct 2015 - 18:59

Eeeeet voilà !

Bon jeu à toi Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Sélanæ d'Harmattan    

Revenir en haut Aller en bas
 
Sélanæ d'Harmattan
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» S'entrainer et apprendre [PV Aldan Navalan]
» Convocation militaire
» Asse-Va (3-1) saison lançée coté supporters
» [Recherche] 2 Lançargot stratégique

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryscior :: L'univers :: Présentation des personnages-
Sauter vers: