AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [PV Deavor] La liberté ou le savoir

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lÿsmael
Le Prix de la Réalité
avatar

Messages : 10
Date d'inscription : 19/07/2016

MessageSujet: [PV Deavor] La liberté ou le savoir   Lun 5 Sep 2016 - 21:23

Lÿsmael frottait le parquet de la taverne avec un vieux chiffon, à quatre pattes sur le sol. Elle avait travaillé toute la matinée, et le bois luisait enfin de telle sorte qu'elle pouvait se voir dedans. Pour une fois, le patron ne pourrait lui faire aucun reproche.
Il était encore assez tôt, et même si trois clients étaient déjà attablés au comptoir face à une pinte de bière, la salle était encore presque vide. Néanmoins, la jeune femme pouvait sentir le regard des hommes la fixer, alors qu'elle continuait a polir les lattes en bois. Elle finit par se relever, enfin satisfaite du travail accompli. Elle se retourna pour faire face au tavernier, occupé à remplir de nouveau le verre d'un des habitués des lieux, et surprit le regard malsain d'un d'entre eux.
« Elle serait pas à vendre, ta petiote ? » lança-t-il tout en continuant de la dévorer des yeux.
Le tavernier leva à son tour le regard vers elle. Il la méprisait, la regardait de haut en bas comme si elle n'était qu'une salissure de plus dans sa misérable auberge.
« Non, pas aujourd'hui. Elle a assez payé pour ses conneries. »

Lÿsmael soupira, soulagée. Il s'en était fallu de peu.
Tout ça pour un retard.

Quelques jours plus tôt Lÿsmael courait dans les grandes rues de la ville qui, petit à petit se remplissaient. Des marchants, des passants, des touristes, allaient et venaient dans cette allée principale qui, quelques heures plus tôt était encore déserte. La jeune femme était sortie à l'aube, impatiente de pouvoir enfin s'isoler du brouhaha presque constant de la taverne. Elle aimait quitter la cité avant le lever du soleil, évitant ainsi les foules s'agglutinant perpétuellement dans les rues sales et répugnantes. Elle était toujours précautionneuse, attentive à ne pas oublier que le temps passe et évitant le plus possible de rentrer avant que le monde ne se réveille.
Mais cette fois, après s'être allongée sur l'herbe fraîche encore humide de la rosée qui s'y était déposée pendant la nuit, elle avait fermé les yeux un instant, et ne réalisant que trop tard que le sommeil l'emportait, elle s'était égarée dans les méandres de ses rêves.

Lÿsmael continuait donc sa course, tout en maudissant son étourderie. Elle bouscula çà et là des passants n'ayant pas le temps de s'écarter de son passage, et sans s'excuser redoublait d'efforts pour rattraper le temps perdu. Bientôt, elle tourna à l'angle de l'avenue, et s'aventura dans une ruelle plus étroite, plus sombre. Elle s'arrêta devant la porte de l'auberge, et poussa un soupir en posant ses mains sur ses genoux pour reprendre son souffle. Puis, se fut la porte qu'elle poussa.
A l'intérieur, un homme corpulent se trouvait déjà derrière le comptoir. Les sourcils froncés, il leva les yeux vers elle. Son regard était méprisant. Autour d'elle, la salle était encore vide. Rien de surprenant. Mais comme disait le patron, le travail n'attend pas le client.

_ Excusez-moi, Monsieur, avait-elle murmuré le souffle toujours court. Un accent marqué trahissait encore ses origines, et elle fut quelque peu soulagée que personne d'autre n'ait pu l'entendre parler.

Comme punissions, elle eut le droit de rester enfermée dans le sous sol plusieurs jours, avec pas plus d'une miche de pain par jour, avant d'en sortir pour n'être attendue par rien d'autre qu'une montagne de tâches, plus dures, plus éreintantes que toutes celles qu'elle avait dû accomplir auparavant. Cirer le parquet était le dernière de la journée, et son maître lui intima de se retirer d'un mouvement de tête.
Lÿsmael quitta la salle principale de la taverne, et monta les escaliers pour rejoindre sa chambre. La porte grinça quand elle l'ouvrit, et dévoila une petite pièce médiocre. Malgré tout, elle lui avait manqué. Une robe rouge, simple mais néanmoins jolie, avait été déposée sur le lit, n'attendant plus que l'Amazone. Celle-ci attrapa le vêtement et se tourna vers le miroir, seul meuble de la pièce avec un lit, une commode et une chaise. Elle retira sa chemise blanche, froissée et tâchée, ainsi que son vieux pantalon noir. Sa silhouette mince avait perdu les muscles gagnés grâce à ses années de vie vagabonde dans la Jungle, même si Lÿs avait tenté de préserver sa forme physique.
En bas, elle entendis le propriétaire l'appeler. Elle enfila la robe précipitamment et dévala les escaliers pour ne pas le faire attendre une deuxième fois.

Un sourire illumina son visage pour la première fois de la journée lorsqu'elle vu, sur le pas de la porte, le Vieux, un livre sous le bras, appuyé sur sa canne. Chaque semaine, il venait la voir, et avec l'autorisation du tavernier, il lui enseignait les rudiments de la culture du coin. C'était un homme âgé – à tel point que Lÿs n'aurait pas su dire quel âge il avait –qui savourait chaque instant de la vie, qui aimait par dessus tout transmettre ses connaissances. Et la seule personne assez curieuse pour pouvoir l'écouter parler pendant des heures sans l'interrompre était la jeune Amazone.
Ainsi, elle avait l'occasion de s'échapper du travail quotidien pour elle-même goûter au plaisir d'apprendre. Elle tenait beaucoup au vieil homme, plus qu'elle ne voulait l'admettre. Il était son point de repère dans ce monde qui – malgré le temps qu'elle y passait – était toujours étranger à ses yeux.
Encore une fois, elle passa tout le reste de la matinée avec lui, assis dans sa chambre. Il ne la quitta qu'une fois son stock de questions épuisé. Prêt à partir, il se tenait à l'entrée, et hocha la tête pour saluer le tenant de la taverne. Il n'obtint comme réponse qu'un seul grognement, et sortit sans un mot. Lÿsmael se tourna vers l'homme, qui, la mâchoire serrée, regardait d'un œil mauvais l'endroit où le Vieux se tenait quelques instants auparavant. La jeune femme savait qu'il ne le portait pas dans son cœur mais une profonde lueur de haine brillait dans ses pupilles, à tel point qu'elle en frissonna. Pourtant, s'il voulait qu'elle ai plus de succès auprès de la clientèle, il ne pouvait faire autrement que de lui offrir des cours, et avec ce vieux professeur, c'était moindre coût.
De toute évidence, Lÿsmael vit qu'il n'était pas d'humeur à être indulgent ce jour là, et elle s'activa d'autant plus le reste de la journée.
Très vite, la taverne se remplit d'hommes déjà plus ou moins ivres, et ne désemplit pas. Comme toujours, elle remplissait les pintes de bière, prenait les commandes tout en tentant de rire aux blagues malsaines des bonhommes. La nuit allait encore être longue. Elle haïssait profondément tous ces gens, les méprisait pour leur stupidité, leur avidité et leur étroitesse d'esprit. Le Vieux ne vivrait pas éternellement, elle le savait, et l'idée d'un jour pouvoir se retrouver seule l'effrayait au plus haut point. Elle se demanda si un jour elle pourrait quitter cet immonde endroit quand un client lui ordonna de lui apporter une bière. Elle lui lança un regard noir, avant de se raviser et d'aller chercher sa commande.
Non, cette vie n'était définitivement pas pour elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Deavor Noran

avatar

Messages : 9
Date d'inscription : 30/07/2016
Age : 16
Localisation : Dans les recoins les plus sombres de vos villes

MessageSujet: Re: [PV Deavor] La liberté ou le savoir   Ven 30 Sep 2016 - 21:40

Les rues de RAM commencèrent à se vider petit à petit, certain rentrer dormir et d’autres partaient boire dans des Tavernes. Deavor lui n’était pas là pour ça . Un homme assez riche et influant de la cité l’avait chargé de ralentir de façon assez importante l’avancée de sont principales rivales, il aurait pu le demander à sa milice privée mais il tenait à ce que tout se passe sans avoir de lien apparent avec lui. C’est ce que le voleur avait fait, il s’était infiltré dans la demeure de sa cible sans se faire remarquer, avait volé une grande partie de ses richesses et avait fini par mettre le feu à la maison en faisant de son mieux pour que ça paraisse accidentel.

Il resta 2 jours de plus après l’incident, au moins pour visiter et si possible se remplir un peu plus les poches. Ses pas au fil des nuits finir par l’amener à une taverne assez accueillante dans laquelle il entra, après tout ça faisait longtemps qu’il n’avait pas bu un coup. La taverne était assez bien décoré, les murs étaient en pierre et le bar en un bois assez sombre, contre un mur était placé une cheminée. Deavor s’installa à une table légèrement à l’écart histoire de ne pas trop attirer l’attention avec son grand manteau en cuir noir et ses légères protections dessous. Il sortit un petit carnet de sa sacoche dans lesquels étaient tout les entrées et les sorti d’argent de la guilde. Il se sentait seul dans cette taverne seul entrain de faire les comptes alors qu’il aurait pu être avec ses amis entrain de rire. Sally Jorg et Ric n’avaient pas pu venir déjà parce que leurs voyages aurait couté cher mais aussi parce que leur employeur avait tenu à ce qu’il n’y est qu’un seul voleur par souci de discrétion.

Deavor continua de compter pendant quelques minutes et puis fini par rangeait son carnet. C’est à ce moment qu’il remarqua le magnifique serveur. Malgré la belle robe rouge le voleur réussi a apercevoir plusieurs minuscules bleus sur sa peau. Il sera les dents de rage en regardant le barman qui était aussi le patron, il avait déduit que la serveuse était ici contre son gré, elle était surement une esclave, et l’esclavage était une des choses que Deavor hait le plus et surtout qu’il ne comprenait pas. Malgré tout il réussit à se calmer et appela d'une voix calme et posée la serveuse pour qu’elle lui apporte un verre de whisky. Il attendit environ 5 minutes qu’elle lui rapporte et avant qu’elle reparte travailler, il lui saisit le bras et lui dit en souriant.

« Excusez-moi, ça ne vous dirai pas une petite pause je vous invite à ma table. Et ne vous inquiétez pas pour l’argent perdu je réglerai de ma poche »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lÿsmael
Le Prix de la Réalité
avatar

Messages : 10
Date d'inscription : 19/07/2016

MessageSujet: Re: [PV Deavor] La liberté ou le savoir   Dim 9 Oct 2016 - 16:04

La soirée était déjà bien entamée. Le flux de client ne cessait de croître et Lÿsmael se démenait tant bien que mal pour suivre le rythme imposé par le patron. Les hommes, tous de plus en plus éméchés, dévisageaient l'Amazone, un sourire malsain dessiné sur leurs lèvres. Le sentiment inconfortable qu'elle ressentait perdura le long de la nuit, ainsi que l'appétit vicieux des prédateurs ayant envahis la taverne. L’odeur répugnante des ivrognes s’élevait dans la salle bondée, donnant la nausée à la jeune femme.
Elle s'approcha d'une table placée au fond de la salle. Un homme d'une trentaine d'années y était installé, comptant des pièces de monnaie qu'il rangea dans sa bourse. Ses cheveux noirs cachaient quelque peu des yeux verrons. Lÿsmael lui trouvait un air sympathique. Après tout il était rare de voir des hommes qui lui souriaient sincèrement, d'autant plus que celui là avait encore toutes ses dents et son visage n'était aucunement souillé par la misère et l'alcool. D'une certaine manière, cela la rassurait de s'occuper de clients la regardant d'égal à égal, aux manières normales, qui ne tentaient pas de l'entraîner à l'ombre des regards ou à obtenir quoi que ce soit d'autre que leur commande. Elle aimait savoir que tous les hommes n'étaient pas comme ceux qu'elle côtoyait habituellement.
Elle alla chercher le whisky qu'il lui avait commandé, se penchant vers le bar. Quasi instantanément elle entendit des gloussements avides derrière elle, et se dépêcha de retourner servir son client. Sa table était disposée de telle sorte qu'elle ne pouvait voir que le comptoir de là où elle était. Heureuse de pouvoir échapper ne serait-ce que quelques secondes au remarques incessantes qu'elle essuyait, elle prit le temps de déposer le verre en face de l'homme et de lui sourire, avant de s'apprêter à faire volte-face.
Cependant, elle n’eut pas le temps de faire deux pas qu’elle sentie la poigne puissante de l'homme attraper son avant-bras. Elle se retourna surprise. S'était-elle trompée de commande ?
Avant qu'elle n'ait pu émir d'autres hypothèses, l'étranger lui lança d'une voix pourtant amicale :
« Excusez-moi, ça ne vous dirai pas une petite pause, je vous invite à ma table. Et nous vous inquiétez pas pour l'argent perdu, je réglerai de ma poche »
Merde.
Elle pensait pourtant qu'il ne voulait rien d'autre que son verre de whisky. Elle n'aurait pas dû s'attarder. Il était maintenant trop tard pour s'échapper discrètement : la patron venait de lui lancer un regard en hochant la tête, donnant son feu vert au client. De plus, les doigts du jeune homme toujours agrippés à son bras se resserrèrent un peu. Non, vraiment, elle n'avait aucune chance de pouvoir s'échapper.
Elle soupira discrètement. Après tout, ce n'était pas la première fois. Elle relativisa, se disant que ça aurait pu être pire. Un des vieillard assit quelques mètres plus loin par exemple. Elle releva la tête, fixant les yeux étranges de l'homme un instant, avant de prendre place sur la chaise placé en face de lui, se détachant ainsi de son emprise.
« Bien sûre. Je peux faire quelque chose pour vous ? »
Tout en se posant sur la chaise Lÿsmael grinça des dents. Les bleus qui couvraient son corps continuaient de la faire souffrir. Elle espéra que ça ne se voient pas trop, ça serait mauvais pour la clientèle. Elle émit un sourire forcé puis fixa un instant le verre de whisky posé à portée de main. Elle en aurait bien eu un aussi, se dit elle. Elle émit une moue boudeuse, en se rappelant que le patron l’observait sûrement encore. Pas question de prendre le risque qu’il la voit boire. Une autre fois, se promit elle. Quand elle aura quitter cette maudite taverne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Deavor Noran

avatar

Messages : 9
Date d'inscription : 30/07/2016
Age : 16
Localisation : Dans les recoins les plus sombres de vos villes

MessageSujet: Re: [PV Deavor] La liberté ou le savoir   Dim 9 Oct 2016 - 22:26

La fille serait surement parti si son patron ne lui a pas ordonné de rester. Ceci fit rire Deavor intérieurement, cet homme venait littéralement de lui donner son accord pour qu’il parte avec son esclave. Quel idiot.

Le voleur fit un signe de tête au patron pour le remercier puis lâcha la fille et prit son verre avant d’en boire une gorgée et de se mettre à l’aise dans le fauteuil. Personne d’autre dans la taverne n’avait remarqué ce qui s'était passé, certain chercher même la serveuse du regard si qui réussit a mettre Deavor en colère et à lui faire serrer les dents. Mais la voix de la fille réussit à le calmer

-Bien sûre. Je peux faire quelque chose pour vous ?
-A vrai dire je dirai plutôt l'inverse. Mais bon nous parlerons de sa plus tard. Pour commencer qu'elle est ton nom ?
-Lys… Lysmael. Elle le regarda la surprise se lisant dans ca voix
Il lui tandis son verre qu’elle pris méfiante
-calme toi je ne te veux pas de mal
-qu’est ce que vous me voulez alors ?
-juste rendre service
-j’ai peur de ne pas vous comprendre qui êtes vous ?
-J'ai pas l'habitude de donner mon prénom donc tu peux m'appeler Le fouet. Et non ce surnom n'a rien a voir avec les esclaves. A ce sujet j'ai quatre affirmation mais je ne peux les confirmer que si vous me répondez. Ca ne te dérange pas de faire ca ?
-Le fouet ? Ce n'est pas des plus rassurent... Mais c'est d'accord. Je répondrais à vos questions si, en échange, vous me dites ce que vous voulez de moi
-Très alors de 1 tu es une amazone. Des 4 c'est la plus simple.
-Vous féliciter pour autant de perspicacité serait démesurer. Disons que la plupart des ivrognes attablés plus loin en sont arrivés à la même conclusion.
Deavor leva les mains en signe d'innocence. Certains point reste toujours a clarifier. les 2 autres son toutes aussi idiote mais la 4 vaut la peine d'être entendu.  2 vous êtes l'esclave du patron et il ne vous traite pas spécialement bien
Elle le fixa sans répondre et lui intima de continuer
-3 qui va de pair avec la 2 vous le détestez et rêver de pouvoir partir comme tout esclave mais vous ne savez pas spécialement ou aller… comme tout esclave.
-Qu'est ce que vous voulez, bon sang ?
-4 je suis la seul personne présente dans cette taverne qui se soucis un minimum de ton sort et qui veut tuer ce sal*pard et t'offrir un semblant de vie.
-Je... Je vous demande pardon ? Enfin, je veux dire... comment ?
-Tu m’as compris
Elle but le verre de whisky cul sec. Bon, sincèrement, je ne sais pas qui vous etes, ni pourquoi vous voulez m'aider, mais si c'est vraiment votre but, expliquez moi comment vous compter vous y prendre. Tout de suite. Dans moins de cinq minutes, le patron va surement rappliquer si il ne nous voit pas bouger, alors je vous intime de m'expliquer ce que vous comptez faire
-Je veux et vais te sauver mais seulement a une condition, tu me rembourses le verre que tu viens de me boire. Et si je fais ca c'est parce que j'ai horreur de l'esclave et que je trouve dommage de gâcher une beauté pareil. Apres pour la manière je peux soit t'acheter soit le tuer
-Je vous offre deux verres une fois que vous aurez réussi à me sortir d'ici. C'est un marché ?
Deavor lui tendit la main et elle la serra. Marché conclu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lÿsmael
Le Prix de la Réalité
avatar

Messages : 10
Date d'inscription : 19/07/2016

MessageSujet: Re: [PV Deavor] La liberté ou le savoir   Ven 14 Oct 2016 - 22:03

-4 je suis la seul personne présente dans cette taverne qui se soucis un minimum de ton sort et qui veut tuer ce sal*pard et t'offrir un semblant de vie.
Lÿsmael fronça des sourcils. Elle avait peur de ne pas tout à fait comprendre.
-Je... Je vous demande pardon ? Enfin, je veux dire... comment ?
-Tu m’as compris.
Perplexe. C'était le bon mot. L'Amazone fixa l'homme assit en face d'elle un instant, incapable de prononcer quoi que ce soit. Se jouait-il d'elle ? Et que lui apporterait Lÿs en échange ? Tout ça n'avait aucun sens. Et pourtant, ses paroles semblaient pleines de sincérité. Lÿs attrapa le verre posé devant elle. Tant pis pour le tavernier, elle se débrouillerait avec lui plus tard. En attendant, l'homme allait devoir s'expliquer. Ces mystères commençaient a agacer la jeune femme. Elle reposa violemment le verre sur la table, puis se pencha quelque peu vers le client

-Bon, sincèrement, je ne sais pas qui vous êtes, ni pourquoi vous voulez m'aider, mais si c'est vraiment votre but, expliquez moi comment vous compter vous y prendre. Tout de suite. Dans moins de cinq minutes, le patron va sûrement rappliquer si il ne nous voit pas bouger, alors je vous intime de m'expliquer ce que vous comptez faire
-Je veux et vais te sauver mais seulement a une condition, tu me rembourses le verre que tu viens de me boire. Et si je fais ça c'est parce que j'ai horreur de l'esclave et que je trouve dommage de gâcher une beauté pareil. Après pour la manière je peux soit t'acheter soit le tuer

Lÿsmael ne répondit rien pendant un instant. Des dizaines de questions parasitaient son esprit alors qu'elle essayait de tout mettre au clair. Elle prit une inspiration et plongea son regard vert dans celui si particulier de son interlocuteur
-Je vous offre deux verres une fois que vous aurez réussi à me sortir d'ici. C'est un marché ?
Face à elle, le jeune homme émit un sourire en lui tendant la main sans la moindre hésitation.
-Marché conclu.

Pendant une seconde, Lÿs hésita. Elle allait serrer la main, elle le savait. Elle aurait attraper n'importe quelle opportunité afin de quitter cet enfer. Seulement quelque chose la retenait toujours ici, et pendant cette unique fraction de seconde où elle pouvait y réfléchir, elle n'arriva pas à mettre le doigt dessus.
Elle s'apprêtait donc à saisir la main qu'on lui tendait, décidée à ne pas laisser passer cette aubaine, quand elle sursauta en entendant la voix du tavernier juste derrière elle.
Il parla de sa voix habituellement grave et rocailleuse, que l'Amazone avait toujours du mal à comprendre, malgré ses progrès. Par chance, l'homme s'empressa de sourire au patron.
-Tout va bien, merci.
Après un temps d'arrêt -de méfiance peut-être- il s'éloigna de nouveau. Lÿs, sur le qui vive, lança malgré elle un regard inquiet à l'homme. Sa respiration qui s'était soudainement accélérée semblait peu à peu reprendre un rythme régulier. Pour autant, elle sentait encore le regard glacial de son propriétaire dans sa nuque.
Elle frissonna.
Entendre sa voix avait fait remonter en elle un flot de souvenirs. L'horreur de son arrivée en ville, le clavaire de son quotidien, les remarques incessantes, les regards appuyés, la douleur de ses coups l'obligeant à rejeter sa dignité. Les marques encore présentes sur son corps semblèrent se réveiller soudainement, lui arrachant une grimace. De souffrance ou de dégoût, elle n'aurait pas pu dire.
Elle avait peut-être finalement l'occasion de quitter cette vie, de retrouver celle perdue il y a plusieurs années de cela. Vivre ne serait-ce qu'une journée de plus avec cet enfoirée était hors de question. L'homme en face d'elle la fixait toujours. Elle finit par émir un léger hochement de tête.
Marché conclu.
Il n'avait pas particulièrement l'air honnête, mais elle le croyait. Maintenant restait à savoir comment. Le patron pouvait bien aller crever plutôt que de recevoir de l'argent du plein-gré de son esclave. Cette question était donc réglée. Maintenant, Lÿs n'avait aucune envie de prendre le risque d'être arrêtée pour meurtre. Être une esclave en fuite lui suffirait amplement.
Elle s'en remettrait au bon jugement du voleur assis face à elle.
Voleur, oui, certainement. Après tout, il n'était pas le seul à savoir user d'un sens de la déduction. Un sourire moqueur, quasi invisible, se dessina sur ses lèvres. Mieux valait ne pas trop en divulguer sur elle-même pour l'instant, elle aviserait par la suite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Deavor Noran

avatar

Messages : 9
Date d'inscription : 30/07/2016
Age : 16
Localisation : Dans les recoins les plus sombres de vos villes

MessageSujet: Re: [PV Deavor] La liberté ou le savoir   Mar 20 Déc 2016 - 16:01

Deavor fixa avec un regard faussement amical le patron avant de lui expliquer que tout aller bien. L’homme le regarda quelques instants méfiant avant de repartir derrière son bar. Le voleur l’achat un petit soupire avant de hocher la tête en direction de l’amazone pour lui confirmer que le marché était conclu. Il se leva alors en demanda à l’Amazone de rester assis. Il se dirigea vers le patron.

-Excusez-moi monsieur j’aurai une offre à vous faire pour cette amazone

-Vous pouvez la louer pour la nuit. Si vous êtes là plusieurs jours on peut vous la réserver toutes les nuits. Quelque chose en particulier pourrait vous faire plaisir .

-Vous m'avez mal compris mon cher. Je veux pas vous la louer. Un trésor comme celui-ci la se garde pour toute une vie. Dites-moi votre prix.

-Un prix ? Je doute que quelqu'un comme vous puissiez vous payer un morceau comme ce bijou. Et puis qu'est-ce que vous le voulez à mon amazone ?

-Ce n'est pas très commercial d'insulter ses clients. Je pourrais vous retourner la question

-C'est qu'elle est rentable la petite. Et puis ça fait pas de mal de l'avoir sous la main après une journée de travail fatigante. Il finit ça phrase d’un rire gras

-j’en conclus donc que vous ne voulez pas la vendre

-Ça dépend de votre prix. Elle plaît beaucoup, elle dépayse la clientèle. Pour trouver une perle comme ça faut parcourir une trotte. Mais elle fait des conneries. Elle se laisse pas toujours faire

-Vous ne m'étonnez pas les amazones sont assez sauvages de nature. Je vous la prends pour 50 pièces d’or
-50 ?! Pas question. C'est à peine le prix auquel je l'ai achetée. Après être passée chez moi, elle en vaut au moins le double. Elle lit, écrit, etje l'ai éduquée bien !

-Certes mais après être passé chez vous elle a surement dû être... louer beaucoup de nuits je me trompe ?

-Bon, j'ai été gentil avec toi mon garçon. Des amazones expérimentées comme celles-là t'en trouveront nulle partipart d'autres. Alors soit tupayeé le prix, soit tu dégagé. J'ai du travail moi, et pour remplacer une gamine comme celle-là je vais galérer. Je e fais une fleur en te faisant cette offre, mais pousse pas le bouchon trop loin ou ça sera pour une nuit et pas plus que tu l'auras

-Dommage pour vous… Je vous la prendrai pour cette nuit uniquement. Pour l'argent venez le chercher demain au matin

-On va faire comme ça oui...

Le voleur revint au côté de l’Amazone et lui indiqua le chemin des chambres d’un geste tout en gardant son air aimable

-Si madame veut bien se donner la peine
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lÿsmael
Le Prix de la Réalité
avatar

Messages : 10
Date d'inscription : 19/07/2016

MessageSujet: Re: [PV Deavor] La liberté ou le savoir   Ven 28 Juil 2017 - 17:31

Lÿs se raidit quand l'étranger revint de sa discussion avec le proprio. Elle n'avait pas entendu un traître mot de ce qui avait été dit, et se sentait plus vulnérable que jamais. Il lui intima de prendre le chemin des chambres, ce qu'elle fit immédiatement, pressée de s'éloigner du brouhaha malsain qui l'entourait. Sans pour autant baisser sa garde, elle avait décidé de lui faire confiance. Il le fallait, si elle voulait un jour quitter ce lieu pour ne jamais y remettre les pieds.
Elle connaissait toutes les chambres par cœur. Rien n'avait plus de secrets pour elle dans cette vieille baraque, et elle choisit en conséquent. Elle mena le voleur dans celle la plus reculé du couloir, non seulement pour s'éloigner du tavernier et être avertit par les bruits des pas si quelqu'un approchait, mais aussi car c'était la pièce qui donnait un accès le plus direct au toit. Elle aurait pu s'échapper autant de fois qu'elle le voulait, mais comme Le Fouet lui avait si brillamment rappelé, elle n'avait nul part où aller, où se réfugier. Elle serait retrouver rapidement, morte ou vivante, en fin de compte cela importait à peu de gens. Une Amazone qui tente d'être libre, c'est une Amazone de trop, d'après eux.
Une fois rentrée, Lÿsmeal eut le réflexe de bloquer la porte avec l'unique chaise trônant dans la salle. Elle se retourna vers Le Fouet, posa ses mains sur ses hanches et prit un air aussi déterminé que possible.
_ Mettons les choses au clair. Si vous me sortez de ce lieu, l'enfer ne sera pas terminé pour autant pour moi. Sinon, j'aurais pris mes jambes à mon cou il y a bien longtemps. Alors j'espère que vous avez un plan pour la suite, parce qu'une fois en dehors de cette taverne, je serai considérée comme une fugitive, une bête à abattre dans le meilleur des cas. Il me faut une planque, de quoi tenir plusieurs jours cachée et surtout un objectif, un lieu à atteindre pour m'éloigner de cette ordure une bonne fois pour toute. Vous avez promis de me sauver, j'espère que vous aviez conscience que ce ne sera pas aussi simple que de vagabonder sur les toits jusqu'au matin.
_ Vous avez raison. Vous ne pourrez plus jamais être quelqu'un de libre, vous serez, comme vous dites, une cible à abattre. Mais par chance, j'en suis une aussi. Je vous apprendrai à vivre comme telle si vous acceptez de me suivre.
Elle se contenta de hocher la tête, relativement satisfaite de ce qu'elle venait d'entendre. De plus, elle faisait la même taille que lui, légèrement plus, lui donnant un avantage s'il décidait de se retourner contre elle. A vue d’œil, elle n'aurait pas de réel problème à le neutraliser s'il en devenait un, malgré son manque d'entrainement. Mais mieux valait rester sur ses gardes, ce mystérieux personnage semblait plein de surprises, et surtout bien plus dangereux qu'il n'en avait l'air de prime abord.
L'Amazone s'approcha de la fenêtre, l'ouvrit en grand et s'assit sur le rebord en observant les alentours. Elle dessina un itinéraire dans son esprit qui les mènerait dans un coin plus tranquille de la ville. Elle laisserait par la suite son guide - elle ne trouva pas d'autres mots - lui imposer son plan. Ils se trouvaient au premier étage de la taverne, et la gouttière était à porter de main pour se hisser sur le toit. Autour d'eux, les bâtiments variaient de taille mais étaient majoritairement plus hauts, et donc moins visibles depuis le sol. Lÿs se pencha d'avantage, scrutant la nuit. Un groupe zigzaguait le long du trottoir, déjà bien amoché. Tout en continuant d'observer leur marche vacillante, elle exposa son plan à l'inconnu.
_ On monte, le plus haut possible, et on reste hors d'atteinte de la vue des passants. On se met au calme, dans un des quartiers les moins fréquentés, et tu prends les initiatives à partir de là. Notre but pour l'instant, c'est de s'éloigner d'ici.
Le groupe ivre disparut enfin au coin de la rue, donnant son signal de départ à Lÿs qui n'attendit pas la réponse du voleur. Elle agrippa le rebord de la fenêtre et se donna assez d'impulsion pour atteindre le toit en un simple mouvement. Elle se releva avec grâce, contempla un instant la ville plongée dans la nuit. Le temps était parfait, la lune dégagée et un léger vent chaud faisait flotter sa robe écarlate. Sa fuite était en marche. Tout les engrenages allaient bientôt se mettre en place pour orchestrer sa libération et le début de sa vie. Elle eut une pensée pour le Vieux, qu'elle ne reverrait sûrement jamais, mais sourit en se disant qu'il serait heureux de la savoir loin d'ici. Il lui avait apporter tant, et elle eut même un pincement au cœur en pensant aux quelques livres qu'il lui avait offert - seuls biens auxquels elle tenait - et qu'elle laissait aujourd'hui derrière elle. Elle entama son escalade, maudissant par la même occasion cet habit inadéquat, prête à en finir avec ce chapitre de sa vie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [PV Deavor] La liberté ou le savoir   

Revenir en haut Aller en bas
 
[PV Deavor] La liberté ou le savoir
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Fort-Liberté, une potentialité touristique
» Aimé Césaire, la liberté pour horizon
» 25 septembre 1991, Aristide à L'ONU : Liberté ou la mort !
» Les expressions et vocabulaire à savoir par votre perso
» La Tour du Savoir

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryscior :: Ryscior :: Ram-
Sauter vers: