:: Ryscior :: Royaume des nains Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
[PV Hanae Khein] Un conte et une épée
Violet Hermia
Messages : 8
Date d'inscription : 25/12/2018
Violet avait été maladroite. Encore une fois. Et ce ne serait pas la dernière, à son grand malheur.

Cela faisait maintenant un peu plus d’un tour qu’elle avait quitté la Cité de Jade Étincelante, parcourant les routes à la recherche d’inspiration pour ses histoires et de publics pour les écouter. La barde avait laquelle elle avait débuté son grand voyage, Helyna, avait fini par prendre un chemin différent, voulant rester un peu plus longtemps dans l’Empire d’Ambre. Violet continua donc son propre chemin vers le royaume des nains, où elle espérait rencontrer cette race qui avait peuplé tant de contes de sa jeunesse. Elle avait entendu beaucoup d’histoires à leur sujet, notamment sur leurs trésors inestimables et fabuleux, et espérait pouvoir ajouter sa pierre à l’édifice des contes en l’honneur de cette race, qu’elle trouvait fascinante.
Pour ce faire, elle avait intégré un petit groupe de marchands qui faisait route vers l’une des cités naines du royaume. Elle s’était tout de suite bien entendu avec tout le monde. Sa jeunesse et sa joie de vivre avaient été comme un rayon de soleil qui perçait les nuages froids qui englobaient le groupe commercial. Elle n’hésitait jamais à rendre service, s’occupant des bêtes et du campement, toujours aussi ravie de partager ses histoires autour du feu le soir avant de dormir. C’était également quelqu’un de très à l’écoute, qui passait une grande partie du voyage auprès de la doyenne de la troupe, écoutant ses récits de voyage et ce qu’elle savait des différentes sociétés et cultures qu’elle avait eu l’occasion de croiser. C’était une mine d’or d’informations et d’inspiration pour Violet qui l’écoutait religieusement.
Mais voilà, il a fallu que Violet fasse une bourde. C’était un soir, ils approchaient de la cité naine la plus proche qu’ils devraient avoir atteint d’ici un jour ou deux. La conteuse était chargée de ramasser le petit bois afin de faire le feu pour le dîner. Voyant le vent commencer à se soulever, on l’avait mise en garde contre une tempête de neige qui pouvait sans doute survenir. Elle ne devait donc pas trop s’éloigner et rester à portée de voix, juste au cas où. Mais bien sûr, perdue dans ses pensées, Violet s’éloigna plus qu’il n’avait fallu et se retrouva perdue dans les bois. Impossible de retrouver son chemin. Pestant contre son caractère de tête en l’air, elle chercha en vain à retourner sur ses pas. Malheureusement, le vent avait forci et la neige commença à tomber, mouillant au passage le bois qu’elle venait de récolter. Laissant tomber son fagot de bois qui lui était désormais inutile, elle resserra les pans de son manteau contre elle et continua à errer dans la neige, cherchant désespérément son groupe.
Elle ne sut combien de temps elle erra dans ce bois, sous la neige. Une ou plusieurs heures, difficiles à dire. Mais le vent forcit encore et la neige tomba drue, si bien qu’il lui devenait presque impossible de voir où elle mettait les pieds. Elle trouva donc un arbre creux qui était tombé à une autre époque que la nôtre et s’y réfugia le temps dont la météo se calme. Elle avait les extrémités du corps gelé, elle tremblait de froid et son ventre grondait de faim. Elle envoya une prière à Élué, la priant d’épargner la doyenne de la troupe de son froid fatal. La vieille femme avait la santé fragile et Violet doutait qu’elle puisse survivre à une tempête aussi forte. Elle souffla sur ses doigts transis et se balança d’avant en arrière afin de produire un peu de chaleur.
Elle s’endormit sans doute un moment car elle ne remarqua pas que le vent et la neige s’étaient affaiblis. Elle sortit prudemment de son abri et reprit sa route, ne sachant absolument pas où elle se dirigeait. Le début de la marche fut rude, ses jambes étant trop frigorifiées pour se remettre en marche avec facilité. Elle avança néanmoins clopin-clopant, jusqu’à ce que Virel lui sourît enfin. Devant elle se trouvait une source de lumière. Elle accéléra l’allure, au grand malheur de son corps douloureux, et finit par apercevoir une vieille cabane. Elle sourit et se mit à rire de soulagement. Elle n’allait pas mourir dans ses bois.
Violet s’avança donc et frappa à la porte, priant tous les dieux qui lui venaient en tête afin de tomber sur une âme charitable qui pourrait l’aider.
Mer 3 Juil 2019 - 18:04
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Hanae Khein
Messages : 6
Date d'inscription : 09/01/2019
L'épée au service de Filyon
La tempête continuait dehors et était encore loin de se finir. Hanae vivait depuis assez longtemps dans la région pour savoir que la nature n’était point clémente en ces lieux. Seuls les plus forts et les plus malins vivent tandis que les autres meurent. Et même l’animal le plus stupide de ces terres ne se risquerait pour rien au monde en dehors de son abri. Il faut bien sûr pour cela des réserves assez conséquentes pour survivre aux pires tempêtes possibles. Bien sûr, elle se passerait bien de la joie d’être enfermée plusieurs jours chez elle sans rien voir qu’un blanc immaculé à perte de vue. Autant ces terres lui plaisaient. Elle s’y sentait chez elle, en paix avec ses idéaux. Autant, ce climat aussi capricieux que le pire des marchands pouvait la tuer. Elle n’était pas faite pour la vie d’intérieur. Elle n’avait jamais été éduquée dans cette optique et l’épée n’était pas faite pour être exercée dans un si petit endroit.
Le feu crépitait des bûches de sapins qu’elle avait mises plusieurs heures auparavant et cette odeur parfumait autant l’unique pièce de vie de la cabane que son feu la réchauffait. Une théière pleine et bancale se tenait par-dessus, prête à être utilisée. Tout était assez peu entretenu, à l’exception d’un petit autel sur lequel reposait l’épée de son père. Elle était la dernière relique de sa vie passée, si l’on ne comptait son bandeau dans les cheveux qui était bien abimé. Immaculée d’une dizaine de nuances de bleu, la lame était aussi tranchante qu’à son premier jour. Elle l’entretenait toujours autant, malgré le fait qu’elle n’avait plus servi depuis le jour où elle avait tué pour la première fois, préférant se battre avec une autre arme beaucoup moins pratique, mais ayant bien moins de valeur. Hanae méditait depuis de nombreuses heures, repoussant sa vie et ses soucis derrière elle. Ne tenait qu’en l’instant le moment présent et le fait de profiter des plaisirs simples de la vie. : la chaleur du feu inondant sa cabane, le bruit de la neige frappant ses murs et ne pouvant l’affecter, sa pensée réjouissante de la tisane qui l’attendait et… des bruits avançant vers elle. Elle attrapa son épée de service devant elle et se leva. Qui était fou pour se tenir dehors avec ce temps et encore plus pour oser toquer chez elle. Les seules personnes qu’elle acceptait, ou plutôt qui prenait la peine de venir jusque chez elle, étaient les hussards nains. Et ils étaient bien trop malins pour se faire prendre dans une tempête. Qui cela pouvait-il être ? Une personne seule vu le son des bruits de pas. La personne toqua. Hanae tient sa lame au fourreau de sa main gauche, à hauteur de ses hanches. Elle avança vers la porte, en restant à portée sans pour autant se tenir trop proche.

- Entrez. Et dépêchez-vous de fermer la porte. Je ne tiens pas à voir le froid pénétré chez moi.

Attendant toute réaction, elle se tenait prête à agir. Elle ne savait pas sur quoi elle allait tomber, mais quoi que ce soit, elle avait l’avantage vu le temps dehors. Si bien sûr, la personne n’était pas morte de froid à sa porte, ayant vu un dernier espoir de survivre en ces lieux. Elle n’espérait quand même pas que cela fût arrivé, n’ayant aucune envie de nettoyer à cause de la folie d’une autre personne.
Ven 12 Juil 2019 - 21:46
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Violet Hermia
Messages : 8
Date d'inscription : 25/12/2018
Le vent soufflait encore fortement dehors, faisant taper les branches des arbres sur la fenêtre de la cabane salvatrice. Violet se frottait les mains au-dessus d’un foyer ô combien chaud et agréable, qui contrastait avec son corps semblable à un bloc de glace. Elle avait eu de la chance qu’une personne ait été dans cette cabane et surtout, qu’elle ait accepté de lui ouvrir. Dès que la porte fut ouverte, Violet s’était précipité à l’intérieur, sans formalité et sans faire attention aux paroles de son hôte, et s’était précipité vers le feu. Elle s’en rendait maintenant compte, elle avait été totalement impolie avec son sauveur. Enfin sauveuse, au vu de la voix féminine qui l’avait invité à entrer et à la silhouette qui se tenait près d’elle, les bras croisés sur sa poitrine et un air tout sauf réjoui sur le visage. Se mordant la lèvre, Violet baissa le regard sur ses doigts qui commençaient à reprendre des couleurs et se tourna lentement vers la jeune femme.

« - Je suis désolée de débarquer comme ça, de manière aussi inopinée et très peu poli. J’étais en route pour les cités naines avec une troupe de marchands mais en allant chercher du bois, je me suis perdue et la tempête m’a pris au piège. Votre cabane est le seul signe de vie que j’ai pu trouver.

- On ne peut plus normal, dans cette partie du royaume. Il faut être complètement fou ou suicidaire pour se balader comme ça ici et en pleine tempête. Remercie Elye et Elué de t’avoir épargné une mort lente et douloureuse. »

Violet sourit en lui disant que justement, elle avait prié les deux déesses durant son errance, mais elle perdit vite ce sourire devant le regard noir que lui lança la propriétaire de la cabane et baissa la tête, toute penaude. Elle n’avait vraiment pas assuré et elle semblait s’enfoncer de plus en plus devant cette inconnue qui devait regretter de lui avoir ouvert. Si elle continuait comme cela, elle allait de nouveau finir dehors en pleine tempête et elle ne donnait pas cher de sa peau dans ce cas.

« - Écoutez, je suis vraiment désolée de causer autant de dérangement, ce n’était pas du tout mon intention. Mais je suis piégée ici, je ne connais pas la route et, comme vous l’avez dit, ce serait du suicide que de repartir maintenant. Acceptez-vous donc de m’héberger jusqu’à la fin de la tempête ? Je me ferai toute petite et je peux même donner un coup de main pour... » la conteuse jeta un regard tout autour d’elle, un peu paniquée et à court d’idée, jusqu’à tomber sur une théière. « Faire du thé ! Je fais du très bon thé ! »
Mar 23 Juil 2019 - 20:18
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Hanae Khein
Messages : 6
Date d'inscription : 09/01/2019
L'épée au service de Filyon
Elle souffla. Elle s’était inquiétée de qui pouvait être la personne venant chez elle, et au vu de cette personne, elle se mit déjà à regretter sa décision. Une personne incapable de survivre 30 secondes toute seule et elle espérait se rendre dans la cité naine. Elle mourait en le faisant et cela l’arrangeait de pouvoir ainsi récupérer sa tranquillité. Seulement, quelque chose au fond d’elle-même l’empêchait d’en arriver là. Elle était tellement coupée du monde depuis si longtemps qu’elle avait oublié ce qu’était cette émotion qu’on ne ressent qu’à l’égard d’un autre. Elle n’était ainsi pas mieux que la nature sauvage somnolente attendant que la tempête se calme pour ressortir ses crocs et devenir aussi implacable que les morsures de la tempête. Ces terres n’étaient jamais sûres. Le beau temps était même bien plus dangereux que le froid pour les néophytes.

- Nous partirons au plus vite que la tempête sera calmée. En trois jours nous serons à la cité naine, en faisant quelques détours pour passer par les divers abris, sauf si vous aimez dormir dehors par ce froid. Nous ne prendrons que le strict minimum, même si pour vous la mission sera aisée vu votre matériel. Je ne comptais pas aller si tôt dans la cité, mais tant qu’à faire autant déjà m’y rendre. Et faites pour le thé, en me laissant à mes activités.

Elle dit cette dernière phrase en rangeant déjà son épée à sa place, près de son lit, toujours à portée au moindre imprévue. Mais elle ne comptait pas dormir de suite. Ce n’était pas souvent qu’elle avait de la compagnie et d’habitude elle avait tendance à en profiter pour quérir des dernières nouvelles du monde, n’atteignant jamais sa cabane isolée. Seulement cette fois-ci, elle n’avait aucune envie de parler ayant été coupée dans sa méditation par une empotée. Elle serait bien sortir respirer l’air frais, mais la tempête l’interdisait et son foyer était envahi par l’inconnue. Sa cabane lui paraissait si petite d’un coup qu’elle ne savait où se mettre. Et plutôt que de laisser les émotions lui venir, elle retourna à sa dernière activité plutôt que de penser à la faim qui commençait à se réveiller. Elle fit le vide dans ses pensées et médita ainsi devant son autel pendant un temps qui ne dura que l’espace d’un instant pour elle et retrouva son calme.
Elle ne savait dire combien de temps s’était écoulé, mais au vu de la lumière qui s’était réduite, au moins une bonne demi-heure avait dû se passer. Elle se releva et s’avança pour se servir de ce soi-disant bon thé. Elle put voir que la femme, dans son impolitesse habituelle, s’était servie pour faire quelque chose à manger. Elle ne savait pas si elle devait laisser faire comme elle commençait elle aussi à avoir faim, ou si elle devait faire la remarque. Puis se dit que cela ne servirait à rien : une empotée le resterait, quoi qu’il se passe. Elle sourit à cette idée, autant d’amusement que de désespoir et s’assit à sa table pour boire son thé. Au moins, elle ne mentait pas, son thé avait bien plus de goût que le sien. Elle n’avait jamais appris à en faire avant de vivre seule et encore, elle tâtonnait dans son apprentissage. Espérons qu’elle soit aussi douée en cuisine qu’avec son thé et elle lui aurait peut-être trouvé une utilité d’ici la fin de la soirée.
Mar 23 Juil 2019 - 21:18
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Violet Hermia
Messages : 8
Date d'inscription : 25/12/2018
Violet fut profondément soulagée en apprenant que sa sauveuse allait l’accompagner à la cité naine. Elle n’en avait pas espéré autant mais il est vrai qu’elle s’était demandé comment elle allait faire pour retrouver son chemin et comment s’y rendre, ne connaissant ni la route ni le pays. Mais son hôtesse venait de balayer toutes ses angoisses et elle se sentit rassurée. Elle allait pouvoir arriver à destination sans trop de dommage. Elle se confondit donc en remerciements mais s’arrêta vite en voyant que la jeune femme avait déjà tourné le dos et retournait à ses occupations. Violet la suivi du regard un instant, la voyant déposer son épée, qu’elle ne remarquait que maintenant, et s’installer devant un petit autel pour ce qu’il semblait être une séance de méditation ou de prière, elle ne savait pas trop. Son arrivée avait sans doute dû la déranger et Violet se sentit un peu coupable. Sans plus tarder, la conteuse prit donc la théière qu’elle avait vue un peu plus tôt et parti à la recherche d’herbes et d’eau pour le thé. Elle fourragea un moment dans le coin de la cabane qui servait de cuisine pour trouver tout le nécessaire qu’il lui fallait.
Tandis qu’elle préparait la boisson, elle jeta un œil aux alentours. La cabane était petite et vieille mais elle était tout de même propre et bien rangée. C’était un endroit spartiate, où chaque chose avait son utilité, ni plus ni moins et avait sa place attitrée. Elle remarqua qu’il n’y avait aucune trace d’un repas entamé ou achevé. Elle prit donc la décision de préparer le dîner, en signe de remerciement et d’excuse pour son hôtesse. Celle-ci finit d’ailleurs par émerger de sa méditation et s’installa à la table où le thé était déjà servi.

« - Je me suis permise de m’occuper du dîner, j’espère que ça ne vous dérange pas. » Dit-elle en mettant le couvercle sur le ragoût qu’elle venait de poser sur le feu. Elle s’installa en face de la jeune femme qui s’était déjà servie et fit de même.

« - Au fait, je ne vous ai pas dit mon nom en entrant. Je m’appelle Violet, je viens de la Cité de Jade Étincelante dans l’Empire d’Ambre. Je suis conteuse et je suis en pleine exploration du monde à la recherche d’inspiration pour mes histoires... » La jeune fille continua à parler, chose qu’elle avait tendance à faire quand elle était mal à l’aise. Elle n’aimait pas les silences trop pesants et ne pouvait s’empêcher de les combler par ses paroles. C’est une mauvaise habitude qu’elle tenait de son père et qui avait tendance à agacer ceux qui n’étaient pas très bavards de nature. Elle n’était donc coupée que par ses gorgées de thé qu’elle prenait de temps à autre. Ce fut le sifflement de la marmite qui l’interrompit dans son monologue. Elle s’excusa et alla voir où en était la cuisson. Le ragoût était prêt, elle l’apporta donc à table, ainsi que deux assiettes et des couverts et s’installa de nouveau en face de l’inconnue avec un grand sourire aux lèvres.

« - Et vous, quelle est votre histoire ? »
Mer 24 Juil 2019 - 13:15
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Hanae Khein
Messages : 6
Date d'inscription : 09/01/2019
L'épée au service de Filyon
Tandis que Violet installait tout sur la table, Hanae profitait de la situation. Ce n’était pas dans ces habitudes de se faire servir. Son père ne l’avait jamais éduqué ainsi. Mais il ne fallait pas nier que cette idée lui plaisait : se débarrasser des tâches quotidiennes pour s’offrir pleinement à son art et ne devenir plus qu’un avec lui. Seulement en faisant cela, elle se sentait complète, en paix avec elle-même. Les hommes n’étaient qu’un fléau pour les autres et ils continuaient à se multiplier, surtout que le nombre ne faisait que croitre. À force, la nature sauvage perdrait ses droits et sa sérénité serait perdue, si bien sûr elle vivait assez longtemps pour voir ce jour. Elle en doutait fortement et elle but son thé en n’écoutant que d’une oreille le mélange d’excuses et de présentation de l’inconnue. Au moins celle-ci avait un nom : Violet, comme la fleur. La fleur était charmante et jolie. En levant les yeux pour mieux observer la demoiselle, elle ne pouvait nier qu’elle avait au moins ça pour elle.
Puis vint la question de Violet qui fut bien vide éludée :

- Hanae Khein, ermite des montagnes naines. Le reste ne vous regarde pas, surtout qu’il n’y a rien à en dire. Et encore moins à en raconter des histoires.

Qu’espérait-elle ? Faire d’elle le nouveau héros d’un de ses livres ou contes ? Une perte de temps inutile. Sa vie ne résumait qu’à son traintrain quotidien et à ses quelques boulots pour dire de gagner sa croute. Rien à faire exciter le moindre individu censé. Et aussi vide que le silence était venu, Violet se remit à parler de tout et de rien. Elle parlait pour elles deux, non sans déplaire à Hanae qui n’avait aucune envie de parler. Le temps passa et le repas arriva. Violet les servit toutes les deux et Hanae la remercia d’un sourire discret et d’un léger hochement de tête.
Elle attendit au moins que Violet se soit rassis à table pour commencer à manger et seulement maintenant le silence revint. Au moins, la bouche pleine, la conteuse prenait la peine de se taire. Elle prit son temps pour manger, car elle ne pouvait nier, comme avec le thé, que Violet était bien meilleure cuisinière qu’elle. Elle profita du repas pour enfin manger quelque chose d’autre qu’une tambouille fade.
Une fois le repas fini pour elle, elle remercia Violet cette fois en s’exprimant et se leva de table pour aller prendre quelques bûches dehors dans son abri et les ramener pour la soirée. Aussi vide qu‘elle sortit, elle ferma la porte pour empêcher le froid de rentrer chez elle. La neige et le vent sifflaient dans ses oreilles et le froid l’agressait par une multitude de morsures. Elle était au moins sûre d’elle : seul un fou se tiendrait dehors par ce temps. Elle ne perdit donc pas de temps à aller à son abri, prendre quelques bûches et rentrer pour les déposer près du foyer. Elle prit même la peine d’en jeter déjà une dans le feu, plus pour l’invité que pour elle-même qui avait pris l’habitude du froid de la région.

- On peut espérer que la tempête se calme demain matin qu’on parte au plus tôt. Vous aurez peut-être la chance de rattraper votre caravane, s’ils n’ont pas vendu toutes vos affaires d’ici là, vous croyant morte.
Mer 24 Juil 2019 - 20:11
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Violet Hermia
Messages : 8
Date d'inscription : 25/12/2018
Violet fut contente de voir revenir Hanae avec des bûches pour alimenter le feu. Une fois que celle-ci jeta une des bûches dans le foyer, la jeune conteuse s’approcha et s’installa près de lui. Il faisait vraiment très froid. Violet n’était pas habituée à ce genre de températures, l’Empire d’Ambre n'étant connu pour ses températures variables mais jamais glaciales. Réprimant un frisson, elle resserra les pans de son châle autour d’elle et se laissa réchauffer par le feu qui crépitait agréablement dans la cheminée. Son hôtesse la surprit en rompant le silence la première.

- On peut espérer que la tempête se calme demain matin qu’on parte au plus tôt. Vous aurez peut-être la chance de rattraper votre caravane, s’ils n’ont pas vendu toutes vos affaires d’ici là, vous croyant morte.

La jeune fille hocha la tête en signe d’acquiescement et pensa à la troupe marchande. Si Hanae disait vrai et qu’elles pouvaient rattraper la caravane, elle espérait pouvoir revoir la doyenne ou avoir au moins de ses nouvelles. Elle envoya une nouvelle prière silencieuse à Virel pour que la chance tourne en la faveur de la vieille femme ainsi qu’à Finil afin qu’elle lui ouvre le chemin sans trop de complications.
Violet brûlait aussi de curiosité concernant Hanae. D’où est-elle originaire ? Comment avait-elle atterri dans cette cabane ? Que faisait-elle de sa vie et de son quotidien ? À en juger par son épée et son attitude, la conteuse supposa qu’elle devait être une guerrière ou une mercenaire, en tout cas une combattante qui savait se servir de sa lame. Elle semblait également être une jeune femme solitaire à en juger par le peu d’affaire qu’elle possédait et le caractère isolé de son habitat. Mais Violet préféra garder le silence. Hanae lui avait bien fait comprendre qu’elle ne comptait pas s’attarder sur son histoire personnelle et qu’elle n’était pas du genre à se confier à une parfaite inconnue, voire à personne tout court. Elle garda donc le silence, respectant le choix de son hôtesse, mais espérant que peut-être, avec le temps et si l’occasion se présentait, que la jeune femme accepte de répondre à ses questions.
Ne pouvant s’en empêcher, elle se prit tout de même à imaginer l’histoire de cette jeune fille à la fine lame, les yeux fixés sur le foyer ronronnant. Elle lui inventa une enfance heureuse, un événement dramatique et une vie palpitante, allant d’aventures en aventures aussi incroyables les unes que les autres. Inventer une vie aux personnes qu’elle ne connaissait pas était devenue une habitude qu’elle avait depuis l’époque où elle côtoyait la librairie de son père. Depuis son escalier au fond de la boutique, qui menait à la réserve, elle observait parfois les clients et inventait une vie à ceux qu’elle ne connaissait pas. Cela avait été le départ de beaucoup de ses histoires.
La lumière du jour cédait doucement aux ténèbres de la nuit, faisant décroître la lumière dans la cabane, ne laissant plus que celle du feu. Il était temps pour Violet d’aller trouver un peu repos, avant de reprendre la route le matin suivant.

- Il est temps pour moi d’aller me reposer. Y aurait-il un endroit où je puisse m’installer pour la nuit ? Une simple couverture sur le sol fera l’affaire.
Dim 28 Juil 2019 - 22:26
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Hanae Khein
Messages : 6
Date d'inscription : 09/01/2019
L'épée au service de Filyon
Aussitôt sa demande fut faite, aussi vite Hanae lui donna ce qu’elle demandait : une couverture pour dormir à même le sol. Elle n’était pas en très bon état et n’avait pas servi depuis un petit moment vu la poussière présente dessus, mais elle n’en restait pas moins pratique.

- Tu peux dormir devant le feu si tu le désires. Ne tarde pas trop. J’espère partir dès le lever du soleil, si le temps le permet. Les journées sont dangereuses en ces terres, mais la nuit l’est bien plus.

En même temps qu’elle dit cela, elle se prépara à se coucher. Elle rangeait les dernières affaires sur la table ou à sa place. Elle ne reviendrait peut-être pas de suite et désirait donc ranger un maximum. D'autant qu’il était possible qu’un hussard vienne chez elle, même si la chance était faible, et elle ne voulait pas renvoyer une mauvaise image d’elle.
Le temps de tout mettre en place, Violet était déjà installé. Hanae se mit dans son lit sans être dans une confiance absolue. Elle devait dormir, au vue de la possible journée du lendemain, et elle le savait. Elle réussit à s’endormir en se réveillant plusieurs fois. Elle ne trouvait pas son calme et sa sérénité. Il y avait longtemps qu’elle n’avait plus dormi avec quelqu’un chez elle. La dernière fois remontait au temps où son père était encore en vie. Depuis, elle vivait seule et quand ce n’était pas le cas, elle dormait dans les abris avec les caravanes, lors de ces missions, jamais d’un repos total. Seulement ici, les conditions étaient différentes. Elle se trouvait dans son nid à elle et une intruse logeait sous son toit.

Après s’être réveillée plusieurs fois de la nuit, et avant que le soleil ne se lève, Hanae sortit de son lit et prit son épée. Elle se prépara à sortir pour voir si cette journée serait propice au voyage. Une fois la porte ouverte, un léger courant d’air traversa la pièce, mais la tempête n’était plus. Aujourd’hui serait un bon jour. Mais avant d’y penser, elle désirait rattraper la journée perdue. Elle referma la porte derrière elle et se mit en garde. Elle sortit ensuite son épée du fourreau et s’entraina dans le froid des Montagnes. Pour se réchauffer, elle ne comptait que sur l’effort et son propre corps.
Elle s’exerça ainsi pendant une bonne heure alors que la transpiration perlait dans son dos et la saignait à blanc en refroidissant à cause du temps. Dans le respect des préceptes de Filyon et de son père, ces coups devaient être précis jusqu’à couper un fil d’araignée dans le sens de la longueur et ils devaient être aussi rapides que le vent jusqu’à surprendre les zéphyrs eux-mêmes. L’entrainement était la clé de la maitrise et jamais il ne devait être relâché, même si la situation était catastrophique, car dans le pire des instants il serait possiblement la seule porte ouverte à la survie. De toute façon, plus jamais un de ses alliés ne mourrait pour la protéger. Elle se l’était promise depuis la mort de son père. Elis était incontournable lors d’un combat, mais elle ne serait plus la cause de la mort d’un de ses proches.  
Elle frappa une dernière fois dans le vide et termina ainsi son entrainement silencieux, tandis que le soleil s’était déjà levé depuis au moins une bonne trentaine de minutes. Elle rangea sa lame dans son fourreau et frotta les gouttes qui coulaient sur son front. Elle était prête psychologiquement à partir pour les cités naines.
Dim 4 Aoû 2019 - 21:40
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Sauter vers: