AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La cité de Kelvin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Dargor
Le Maitre de l'Intrigue
avatar

Messages : 1034
Date d'inscription : 25/05/2014
Age : 22
Localisation : N'importe où, mais avec mon ordi.

MessageSujet: La cité de Kelvin   Sam 18 Avr 2015 - 10:59

Kelvin


Visite rapide de la ville

Kelvin était à l’origine un fort au sommet d’une falaise, avec un peu en-dessous de cette dernière, au niveau de la mer, un port de pêcheurs. Depuis, la muraille a été étendue pour aller du fort audit port de pêcheurs. C’est pourquoi la ville est bâtie, en dépit de tout bon sens architectural, le long d’une pente, puis sur une grande distance de front de mer.
Pour le voyageur qui arrive à Kelvin depuis la mer, elle semblera surgir littéralement d’un trou entre deux falaises, immense ville qui fait face à l’océan. S’il vient de la terre, il sortira d’une forêt et à peine une trentaine de mètres devant lui se dresseront de très hautes murailles garnies de tours sur lesquelles il pourra, s’il est attentif, apercevoir des canons pointés vers l’extérieur. Les ducs gouvernant la ville ayant depuis longtemps ordonné qu’aucun bâtiment ne soit construit hors des murs, le prix du terrain y est incroyablement élevé, aussi la plupart des maisons à Kelvin valent, aux yeux de leurs propriétaires, plus que tout. Et la cohabitation y est un phénomène extrêmement fréquent. De même, les jardins sont une illusion à Kelvin. Seul le palais Ducal se permet d’en avoir un, luxe inégalable, mais il est ridiculement petit comparé aux jardins des palais des autres souverains du continent.
Ceci étant dit, la cité ducale est divisée en trois quartiers. On distingue le haut-quartier, le bas-quartier et le labyrinthe.
Le haut-quartier, qui court depuis la base de la falaise jusqu’au sommet où se trouve le fort, qui encore aujourd’hui abrite le quartier général de la garnison, est le quartier le plus riche de la ville. En son cœur que se trouve le palais ducal. La garnison y maintient une sécurité permanente, les rues sont larges et bien entretenues. La nuit, des ouvriers au service de la ville se chargent d’allumer les lampadaires qui éclairent les grandes rues. Les lampadaires sont un phénomène que l’on ne trouve nulle part ailleurs dans le monde, malgré leur efficacité. La plupart des rues étant en pente, elles sont aménagées sous la forme d’escaliers, afin qu’il soit plus aisé pour les personnes vêtues d’habits riches et amples ne soient pas gênés. On dit que ce sont ainsi plus de cent milliers de marches qui se trouveraient dans le haut quartier de Kelvin. Ce quartier est peuplé de deux milliers d’humains.
Le bas quartier est au niveau de la mer, il s’agit du plus gros quartier de la ville, car peuplé de plus de cent mille humains, et contenant un quartier halfelin peuplé d’un millier de ces derniers. Bien que la garde ne maintienne pas aussi bien l’ordre que dans la haute ville, et que les rues soient plus sales et non éclairées la nuit, en plus d’être parfois très étroites, il y fait bon vivre. Car les lois de Kelvin sont très strictes, et la criminalité est sévèrement punie. Quant au quartier des halfelins, la loi des halfelins s’y applique, de sorte qu’il s’agit sans doute du quartier le plus sûr de la ville, devant même le haut-quartier. C’est dans le bas quartier que se trouvent le port et le chantier naval, véritables cœurs de la ville. Même ceux qui vivent sous les remparts sont à un certain degré dépendants de l’activité de ce port et de ce chantier.
Le labyrinthe, enfin, est un quartier très bas, et ce à tel point qu’il est en-dessous du niveau de la mer. C’est le quartier pauvre de la ville. Parmi ceux qui y vivent, presque personne n’a réellement de métier. L’insécurité y est telle que la garde elle-même n’ose pas s’y aventurer et qu’un mur a été érigé il y a deux siècles entre le labyrinthe et le bas quartier, mur sans porte afin d’éviter tout contact. Il a été largement prolongé vers la mer afin de ne pas être contourné à la nage, et les portes qui se trouvent dans le mur d’enceinte de la ville et qui sont en contact direct avec le labyrinthe sont très surveillées, et n’ouvrent qu’à des horaires précis, en présence d’un grand nombre de gardes portant l’uniforme azur de la cité. Ces derniers, afin de mieux sécuriser leurs patrouilles, ont abattu les escaliers et les échelles qui menaient sur les murs longeant le labyrinthe. Lorsqu’ils y patrouillent, ils ont pour instruction de ne se mêler de rien, sauf quant à des heures fixes les patrouilles ont pour instruction de jeter des sacs de vivre afin d’éviter une épidémie. Lesdits sacs de vivre disparaissent systématiquement au bout de quelques minutes. Les rues du quartier sont saumâtres, car à chaque marée haute, l’eau les envahit. Lorsqu’elle se retire, elle laisse sur place une gadoue impraticable dans laquelle on s’enfonce jusqu’à la cheville.

L’histoire de Kelvin

Kelvin fut fondée il y a à peu près mille cinq cent tours, en même temps que Salicar. La côté de ce dernier étant majoritairement constituée de falaises, et seule la trouée de Kelvin, l’homme qui la découvrit, émergeant, les hommes de Salicar décidèrent de faire de l’endroit le cœur économique du royaume.
Rapidement, la cité se développa comme un point de passage obligé pour les navires qui longent la côté ouest du continent. En effet, par des maniements diplomatiques habiles, les ducs de la ville purent convaincre les autres royaumes d’envoyer de nombreuses denrées nécessaires à la navigation dans la ville, aussi les navires qui avaient besoin de réparations s’arrêtaient souvent au chantier naval de Kelvin, qui produit encore aujourd’hui des navires d’une excellente qualité, et ils en profitaient pour faire des affaires sur place.
De cette tradition de chantier naval, que reste-t-il aujourd’hui ? Eh bien énormément de choses. La cité, totalement dépendante de son apport en bois, fournit la moitié d’un continent en navire de tous genres, et elle a même pu s’armer en poudre à canon en échangeant cette dernière aux pirates contre des navires d’une qualité supérieure. Elle est également connue pour fournir régulièrement des navires à la majesté sans égale. L’œuvre la plus récente étant la galère personnelle de la princesse Dalya, la princesse du sultanat de Ram, achevée il y a deux tours.
Il y a un siècle, la ville prit son indépendance. Cette indépendance se fit brusquement, par le biais d’une lettre envoyée au roi de Salicar. Cette dernière, le lendemain du jour où elle quittait la ville, fut placardée dans tous ses murs. En voici le contenu :
« Moi, Myron de Kelvin, par la grâce des dieux Duc de Kelvin, j’accuse le royaume de Salicar de nuire aux intérêts de ma cité. Par l’imposition écrasante qu’il fait subir à mes citoyens, par l’incapacité des rois à décider des affaires de la loi et de la guerre, Salicar ne fait depuis bien longtemps plus que le malheur de Kelvin. En tant que Duc, je constate immédiatement les conséquences de ses actes. Baisse du commerce, hausse de l’insécurité, et ruine de la réputation de la douce ville qu’est Kelvin. Qu’il soit dit que jamais plus nous ne souffrirons, ni moi ni mes descendants, que Salicar nous fasse subir un tel sort. Qu’il soit ainsi dit qu’en conséquence, je déclare l’indépendance du duché de Kelvin. Je garde le titre de duc, mais moi et mes descendants règneront en souverains absolus sur le duché, sans avoir répondre de nos actions à personne, maintenant et à jamais. »
Il va sans dire que la réaction de Salicar fut immédiate, tant les propos de la lettre étaient d’une violence extrême. Le royaume marcha aussitôt sur Kelvin, qui était prête à se défendre. Quand il comprit cela, le souverain de Salicar décida d’établir le siège devant la ville, siège qui fut brusquement interrompu lorsque les chevaliers d’Hasdruba se portèrent au secours de la ville. En effet, ces derniers, encore sous le choc de l’échec de la croisade récente, cherchaient une noble cause à défendre. Bien que la hiérarchie en Hasdruba soit importante, plusieurs de leurs filles s’étaient mariées à des dignitaires de la cité, et il était prévu une union par le mariage d’une princesse royale avec le fils du duc dans quelques années, quand les enfants seraient adultes. Aussi était-il inadmissible que l’on attaque Kelvin aux yeux des chevaliers, qui avaient besoin de se venger des Cités-Etats sur quelqu’un d’autre.
« Tant pis pour Salicar, disait-on alors. »
Par la suite, l’histoire de la ville est intimement liée à celle des Iles de Jade. Ces derniers, il y a une trentaine de tours, firent un raid sur la ville, d’une violence extrême, qui la ravagea. La cité mit une dizaine de tours à s’en remettre totalement. Medron de Kelvin, arrière-petit fils de Myron, décida alors que cela devait cesser, et se mêla d’unifier les Iles de Jade. Ce qu’il fit par le biais de Guinelant Tucil.
Le dernier tour, Kelvin perdit le duché pour n’avoir que la cité elle-même. En effet, ils avaient auparavant également les terres avoisinantes, mais la cité fut assiégée par les démons. Bien qu’elle survécut au siège par un repli aussi inattendu qu’apprécié des démons, Salicar s’empressa de clamer que les terres avoisinantes lui appartenaient en y faisant marcher son armée. Tous, dans la cité, crurent alors que la guerre allait reprendre, mais Medron de Kelvin décida sagement de céder ses terres à Salicar, tant que sa cité restait sienne. Après tout, il n’avait jamais vraiment gouverné ces terres, et seule Kelvin importait.

Le peuple de Kelvin

Les lieux communs du continent décrivent le kelvinois typique comme un redoutable escroc capable de vendre de la neige à un habitant des marches ou sa propre épée à un chevalier d’Hasdruba. Les documents de Kelvin sont censés être infestés de paragraphes en petits caractères, tous les contrats comportent des clauses d'annulation sans dédit et chaque tope-là s'accompagne de doigts croisés dans le dos du partenaire kelvinois. Mieux vaudrait, d'après la rumeur, renoncer d'emblée à tous ses biens plutôt que d'entrer en affaires avec un citoyen de Kelvin.

Comme tous les stéréotypes, celui-ci n'est bien sûr qu'exagération, des exagérations que les kelvinois ne font d'ailleurs rien pour combattre, une telle réputation pouvant parfois leur donner l'avantage dans leurs affaires. Quoi qu'il en soit, Kelvin vit par et pour le commerce, et la volonté de réussite tend à faire de presque tous ses citoyens d'avides négociateurs ou ouvriers.
Naturellement, le kelvinois voit les choses différemment. Il veille avant tout à ses intérêts et compte bien que ses partenaires feront de même. Les affaires sont les affaires et s'il ne se jette pas sur le client qui passe, c'est quelqu'un d'autre qui en profitera. La pauvreté des royaumes voisins explique peut-être cette mentalité : dans une région si désolée, les kelvinois ne pouvaient accéder aux conforts de la vie que par le commerce. Avec le temps, il est devenu un mode de vie.
Dans ces conditions, il n'est pas surprenant que les citoyens de Kelvin soient toujours très occupés ou en déplacement. Une nouvelle affaire les attend toujours quelque part. Leurs voisins de Salicar prétendent, en ne plaisantant qu'à moitié, que si le kelvinois se presse autant, c'est qu'il ne veut pas être rattrapé par le dernier pigeon qu'il a plumé. Cela n'empêche pas les kelvinois de considérer avec une tolérance amusée les bouffons guindés d’Hasdruba et les aristocrates des Cités-Etats vêtus de noir et d'angoisse : ils savent bien qui l'emportera quand viendra le temps des affaires sérieuses.
Si l'on met de côté leur respect du divin précepte de Vamor « Gagne vite de l'argent ! », les habitants de Kelvin sont des adeptes de l'humour pince-sans-rire et particulièrement enclins à percer les baudruches. Leur sens de la dérision ne vise pas que les étrangers : Kelvin accueille un théâtre plein de vie, et l'art de la satire et de la farce y obtient même les faveurs de ses victimes. Plus d'un sujet d’un royaume extérieur a déjà exprimé son mépris pour cette attitude de « petits rigolos » mais les kelvinois sourient de cette étiquette, un sourire qui ne disparaît pas quand ils visitent la banque.
Ceci étant dit, une autre chose est extrêmement importante à Kelvin, c’est la loi et l’ordre. Le kelvinois typique ne supporte pas l’idée du crime et de l’irrespect de la loi. Et cela s’applique également à leurs dirigeants. là où tous les autres royaumes font de la loi et de l’ordre des affaires de sauf-conduits, d’interprétation des lois, à Kelvin, il n’y a ni circonstances atténuantes, ni pots-de-vin versés aux juges de la ville. Un vol est un vol, peu importe si tu avais faim, et les juges kelvinois sont réputés pour leur intégrité. Lorsqu’on leur amène un criminel, ils prononcent systématiquement la peine la plus lourde qu’ils puissent trouver dans les lois de la ville. Un excellent exemple est l’interdiction du port d’armes sans en avoir un permis, ce qui n’est possible que par la signature du duc ou en intégrant la garnison. Si quelqu’un n’ayant ni la signature ni le titre de membre de la garnison se pavane avec une arme, il risque fort de se la faire confisquer à vie et de devoir payer une amende équivalente au double du prix estimé de l’arme (prix toujours, bien entendu, surélevé par rapport à la valeur réelle de l’objet ; il arrive souvent qu’on paye en vérité quatre fois plus que ce que vaut vraiment l’arme). Quant à l’étranger qui arrive en ville, il est prié de remettre son arme à la garde pour revenir la chercher quand il sortira ou bien alors de demander au duc un permis de port d’arme.

La religion à Kelvin

Deux divinités sont vénérées à Kelvin : Ariel et Vamor. Pour des raisons évidentes.

Puissance militaire

Kelvin dispose d’une armée citoyenne de taille modeste. Non-professionnels, ses soldats sont cependant très bien équipés, les ducs de Kelvin s’étant attachés à cette idée. La plupart du temps, ces soldats en uniforme azur sont chargés de maintenir l’ordre dans les rues de la ville, mais il leur arrive également de monter sur ses remparts pour la défendre. Dans ce cas, il arrive qu’ils soient rejoints par des citoyens équipés à la hâte.
Les milices kelvinoises sont ainsi réputées pour faire partie des meilleures au monde, car la cité ne saurait survivre sans elles. Les miliciens volontaires, ceux qui rejoignent l’armée en cas de sièges, reçoivent une armure en cuir légère apte à leur éviter les blessures les moins graves, et sont équipés d’un bouclier rond et d’un glaive.
Les milices professionnelles, pour leur part, se divisent entre milices de vougiers, d’épéistes, de hallebardiers, d’arbalétriers et d’artilleurs. Vêtus de plaques de métal plus ou moins solides, le nom de leur régiment indique l’arme qui les équipe.

Kelvin et le reste du monde

Kelvin, depuis la chute de Port-Argenterie et de la Cité-Etat de Tardelac, est le plus grand port humain du monde. Suite à la découverte de Teikoku et du Nouveau Monde, et suite à la pacification des Iles de Jade, elle est donc devenue un centre économique majeur. Malheureusement, sa position trop à l’ouest la rend écartée des routes commerciales les plus riches. De sorte que bien que la plupart des royaumes considèrent Kelvin comme une cité marchande appréciable, et même si elle est le point de départ obligé pour quitter le continent, il lui reste encore bien du chemin à faire avant de devenir la cité dont rêvent ses ducs depuis son indépendance.

Personnalités notables

Medron de Kelvin, Duc de Kelvin



La première chose à savoir sur Medron , duc de Kelvin est ceci : c’est un homme foncièrement bon, et un souverain exemplaire. Le bien-être de ses citoyens est sa première préoccupation, de même que le rayonnement de sa ville auprès des autres nations. En tant que duc de Kelvin, il est fier de l’indépendance totale dont jouit la ville sur le plan politique, et travaille depuis son accession au pouvoir à le maintenir.
Medron a accédé au pouvoir à l’âge de quinze ans, il y a une vingtaine de tours. Son père venait d’être tué dans un raid de pirates qui avait ravagé toute la cité. Lors de son accession au pouvoir, Medron pensait qu’il ferait de sa ville une cité puissante, conquérante, qui irait au-devant de ses adversaires, qui rayonnerait par sa grandeur. Mais le raid de pirates a changé cela. Medron n’avait jamais vu d’homme mort avant cet évènement. Lorsqu’il fut nommé duc, il n’y eut pas de défilé, car on recherchait encore les cadavres dans les quartiers ravagés par des incendies. Alors Medron y est descendu, et il a vu la misère de sa cité ravagée. Cette vision l’a marqué à jamais. Depuis, il est devenu politicien et commerçant. Le bien-être de sa ville, le bien-être de ses habitants, tel est son mot d’ordre.
On le comprend donc aisément, Medron est prêt à tout pour sauvegarder les intérêts de sa ville et de ses habitants. Il l’a fait au détriment de nombreuses personnes, comme des royaumes auxquels il a fait signer des traités peu avantageux. Le seigneur Verstholen des Marches d’Acier a déjà ainsi eu des déboires avec un traité dont il n’avait pas lu les petites lignes. Mais Medron ne sacrifie pas que les autres. Il se sacrifie également. Il a consenti à épouser la fille du plus riche des armateurs de la ville afin de s’assurer leur soutien quoi qu’il arrive, et ce même s’il est connu qu’à défaut de ne pas l’aimer, il n’a pour elle que de l’amitié. Il a déjà dû donner de sa personne au cours d’un combat. Lui qui ne sait pas se battre, il était présent lors de l’attaque d’un navire pirate qui harcelait les marchands, sur le pont, avec les hommes qui se battaient. Lui qui a horreur de la mort s’est obligé à exécuter lui-même la sentence lorsqu’il a fallu condamner le capitaine du navire à la décapitation. Et ainsi de suite.
Aujourd’hui, Kelvin resplendit comme jamais, et ce seulement vingt tours après sa mise à sac, et malgré le siège qu’elle a subi il y a un tour de cela. Mais Medron est un éternel insatisfait. Il continue à travailler pour la ville, à y consacrer chaque instant de sa vie.

Morgane de Kelvin, Duchesse de Kelvin


Morgane de Kelvin, anciennement Morgane Iris, est la fille de Jalil Iris, le plus riche des armateurs de Kelvin. Son mariage avec Medron était purement politique. Mais malgré cela, on dit de ce mariage qu’Atÿe et Virel se sont unies pour le bénir, puisqu’il s’agit d’un mariage politique heureux. Morgane est la mère de Bartelemo et de Cecilia de Kelvin, un prince et une princesse qui font le bonheur de la population de la Cité autant que de leurs parents. Bartelemo, âgé de quinze tours, passionné non pas par le maniement des armes mais par les leçons de stratégie, fera un bon dirigeant pour l’armée. Quant à Cecilia, étant d’une part l’aînée d’un tour de Bartelemo, et d’autre part meilleure dans le maniement de l’argent et dans les subtilités de la diplomatie, est la duchesse héritière de droit, mais l’heure n’est pas encore à la succession, leur père se portant à merveille.
Morgane de Kelvin, ayant dès son enfance appris les subtilités du commerce et de la gestion d’une entreprise (de fabrication de navires en l’espèce), a tenu à ce que le même enseignement soit donné à ses enfants, qui sont devenus, comme elle, et comme son époux, très pragmatiques, et aimant à appliquer la logique et la raison à tout problème qui leur serait opposé. Elle n’oublie cependant pas d’être généreuse quand cela est nécessaire avec le peuple dont elle est après tout issue. C’est d’ailleurs sur son conseil que Medron de Kelvin a supprimé la notion de noblesse dans la ville. Cette idée, contrairement à ce que l’on aurait pu croire, ne rencontra nulle résistance, car la noblesse de la ville était de toute façon également la haute société.
Morgane de Kelvin est cependant également une amatrice d’arts, et en tant que telle, est à la base de la renaissance artistique que vit la Cité depuis sa reconstruction. On lui doit la construction de l’opéra et du conservatoire de Kelvin, mais également l’école des Beaux-Arts de la ville, où l’on enseigne sculpture et peinture. Kelvin, grâce à elle, est sans doute appelée à devenir un centre artistique aussi bien qu’un centre économique et maritime.

Wassef Selvo, capitaine de la garde


Si Bartelemo de Kelvin est destiné à tenir le pouvoir militaire de la cité entre ses mains, si Medron et Cécilia de Kelvin disposent du pouvoir judiciaire et législatif, si Morgane de Kelvin travaille à la renaissance artistique de la ville, pour l’instant, le pouvoir militaire y est tenu par Wassef Selvo.
Il n’est pas pour autant un adversaire politique de la famille ducale. Il est d’ailleurs un de leurs serviteurs. Wassef Selvo, en tant que capitaine de la garde, est, de façon étrange, loin d’être un vétéran de nombreuses campagnes. On ne le vit d’ailleurs pas sur les murs lorsque la Cité fut assiégée par les démons. Cela parce qu’il n’a en vérité jamais su manipuler une arme de sa vie.
Mais alors, que fait-il à la tête de l’armée ? En vérité, ce sont les sous-officiers et les instructeurs qui ont la charge de l’entrainement et du comportement au combat de leurs régiments. Ce modèle hiérarchique bancal ne tient que parce que la Cité n’a aucune volonté expansionniste et ne livre des combats que pour défendre ses murs. Wassef Selvo, donc, étant à la tête de l’armée, doit gérer le budget qui lui est alloué par le duc chaque nouveau tour. Il est également en charge de la répartition des zones de patrouille. Mais c’est aussi lui qui entretient le réseau d’espions et de diplomates que la ville envoie à l’étranger. En vérité, son bureau est rempli de paperasseries et non de râteliers d’armes, et lui-même est gras et non musclé.
Et pourtant, il est capitaine de la garde. Et il y a fort à parier que lorsqu’il partira à la retraite et que Bartelemo de Kelvin le remplacera, rien ne changera.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ryscior.forumactif.org
 
La cité de Kelvin
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Cité Soleil, Evens serait le plus riche des pauvres
» Fort-St Michel lieu macabre devenu le Cité Soleil du Cap-Haitien
» L'intervention ratée à cité soleil, à qui la faute ?
» Jeune artiste kidnappé , blessé par balle et laissé pour mort à Cité Soleil
» La cité de Thelxépia

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryscior :: Ryscior :: Kelvin-
Sauter vers: